ARNE GILLIS for UNHCR

Bilal came to Burkina Faso from Nigeria, where he was born. Unable to prove its Burkinabe nationality, he is at risk of statelessness. Watch his story at: https://www.youtube.com/watch?v=jJC5GnTLb8Y

West Africa becomes the first region in the world to adopt a Plan of Action to end statelessness

ECOWAS Member States adopt an ambitious regional Plan of Action to end statelessness in West Africa, the first region in the world to do so.

Banjul, the Gambia: Ministers of Interior and Justice of the Member States of the Economic Community of West African States (ECOWAS) adopted today an ambitious regional Plan of Action to end statelessness in West Africa. Gathered at a joint ECOWAS/UNHCR Conference hosted by the Government of the Republic of the Gambia, the Ministers agreed on concrete measures and a specific timeframe that aim at resolving the obstacles to the acquisition of nationality so as to end statelessness by 2024.

“One million people are statelessness in West Africa,” says Volker Türk, Assistant High Commissioner for Refugees. “Denying someone their right to a nationality creates suffering, exclusion and marginalization,” he says, adding “today, we estimate that at least 30 per cent of the people in the region lack documentation which proves their identity or their claim to a nationality”.

“The regional Plan of Action represents a major step forward in the fight against statelessness,” says M. Türk. “West Africa initiated this fight two years ago, and is now putting in place a more robust legal framework that includes practical measures adapted to the region’s reality. Through these bold efforts, West Africa is positioning itself as the world leader in the fight to end statelessness,” he says.

“Secretary-General of the UN considers the eradication of statelessness as a priority of his efforts at conflict prevention, resilience, development and the promotion of human and peoples’ rights. This meeting represents a crucial landmark in the progress being made by ECOWAS, the UN in general and UNHCR in particular towards the implementation of the February 2015 Abidjan Declaration of Ministers of ECOWAS Member States on the Eradication of Statelessness,” says Mohamed Ibn Chambas, Special Representative of the UN Secretary General for West Africa and the Sahel.

The fifteen ECOWAS Member States adopted the landmark Abidjan Declaration in February 2015, recognizing statelessness as a scourge in the region and committing to end this phenomenon by 2024. The Plan of Action adopted today operationalizes the Declaration and is underpinned by three pillars: identifying stateless people and the risks of statelessness; preventing and reducing statelessness; and raising awareness among the general public.

The Plan of Action lays out concrete measures aimed at addressing the causes of statelessness by rectifying gaps in nationality laws and issues relating to proof of nationality. “In the region, some nationality laws still contain discriminatory elements based on gender, ethnicity or race,” says Liz Ahua, UNHCR Regional Representative for West Africa. “These are the very obstacles faced by up to 60 million people in the region who are without documents proving their identity or nationality,” she says. The Plan of Action also foresees that nationality laws be brought in accordance with international standards on nationality and the prevention of statelessness. ECOWAS Member States will implement the mechanisms to ensure that all persons who are eligible are able to obtain identity papers and proof of nationality.

“Statelessness has a devastating impact on the life of individuals, as having a nationality is essential to the full participation in society and a precondition to enjoy fundamental human rights,” says Dr. Fatimata Dia Sow, Commissioner for Social Affairs and Gender of the ECOWAS Commission. “I can assure you of ECOWAS determination to solve this problem,” she adds. “It is important to bring statelessness under the spotlights, as we do here: although an invisible phenomena, its consequences are often very real, including the denying of fundamental rights such as education, health or right to work,” she says.

The technical experts of ECOWAS Member States met on 7 and 8 May 2017 to formulate and validate the Plan of Action before its validation by ECOWAS Ministers. This document will be presented for approval at the forthcoming ECOWAS statutory meetings, which would make it legally binding on all the Member States.

To date, twelve of the fifteen ECOWAS Member States have ratified the 1954 Convention relating to the Status of Stateless Persons, and eleven are party to the 1961 Convention on the Reduction of Statelessness. The Governments of Cape Verde, Ghana and Togo have committed to adhere to those conventions.

ECOWAS Member States are aligning themselves with the campaign to end statelessness in 10 years, which was launched by UNHCR in 2014. UNHCR provided technical support to the organisation of this regional ministerial conference for the validation and adoption of the plan of action to end statelessness in West Africa.

 

For more information, please contact:

Emmanuelle Mitte, UNHCR Senior Regional Protection Officer (Statelessness): mitte@unhcr.org, + 221 77 740 14 96

Romain Desclous, UNHCR Senior Regional Communication & Public Information Officer: desclous@unhcr.org, + 221 77 639 6385

Simplice Kpandji, UNHCR Regional Reporting Officer: kpandji@unhcr.org, +221 77 333 98 83

Liberor Doscof Aho, ECOWAS Commission, Acting Director of Communication: laho@ecowas.int, +234 706 4189 249

Le texte en français:

L’Afrique de l’Ouest, première région au monde à adopter un plan d’action pour mettre fin à l’apatridie

Les Etats membres CEDEAO ont adopté un plan d’action régional pour l’éradication de l’apatridie en Afrique de l’Ouest, première région au monde à se doter d'un tel plan

Banjul, Gambie - Les Ministres de la Justice et de l’Intérieur des Etats membres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont adopté ce 9 mai 2017 un plan d’action régional pour l’éradication de l’apatridie en Afrique de l’Ouest, au terme d’une conférence ministérielle organisée conjointement par la CEDEAO et l’UNHCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, et accueillie par le Gouvernement de la République de Gambie. Les mesures détaillées assorties d’un calendrier contraignant visent à mettre fin à l’apatridie d’ici 2024 en s’attaquant aux obstacles à l'acquisition de la nationalité.

« Un million de personnes sont apatrides en Afrique de l’Ouest » a rappelé M. Volker Türk, Haut-Commissaire assistant pour les réfugiés. « Priver les individus de nationalité, c’est engendrer la souffrance, l’exclusion et la marginalisation », a-t-il précisé, ajoutant « de plus, on estime à au moins 30 pour cent de la population le nombre de celles et ceux qui, dans la région, n’ont pas de papier prouvant leur identité ou leur nationalité ».

« L’adoption du Plan d’action constitue une avancée majeure dans la lutte contre l’apatridie » a-t-il déclaré. « La région s’était déjà engagée dans cette lutte il y a deux ans. Elle se dote aujourd’hui d’un nouvel arsenal juridique plus complet et robuste contenant des mesures réalistes, adaptées aux réalités de l’Afrique de l’Ouest. Par ses actions courageuses, l’Afrique de l’Ouest se pose en leader de la lutte contre l’apatridie en Afrique et dans le monde »

« Le Secrétaire général des Nations Unies considère l’éradication de l’apatridie comme une priorité dans ses efforts pour la prévention des conflits, la résilience et la promotion des droits humains » a rappelé Mohamed Ibn Chambas, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel. « Cette réunion se pose à un moment décisif sur le chemin des progrès réalisés par la CEDEAO, les Nations Unies et le HCR en particulier, vers la mise en œuvre de la Déclaration d’Abidjan sur l’éradication de l’apatridie », a-t-il dit.

Le 25 février 2015, les 15 États membres de la CEDEAO ont adopté la Déclaration d'Abidjan qui reconnait l'apatridie comme un fléau en Afrique de l'Ouest et se sont engagés à mettre fin à ce phénomène d'ici 2024. Le Plan d’action régional adopté aujourd’hui s’appuie sur cette déclaration et s’articule autour de 3 chantiers : l’identification des apatrides et des risques d’apatridie, la prévention et la réduction de l’apatridie, et la sensibilisation du public.

En outre, le plan d’action énonce des mesures concrètes visant à tarir les sources de l’apatridie, en palliant aux insuffisances des lois sur la nationalité et aux défaillances en matière de preuve de la nationalité. « Certaines lois sur la nationalité contiennent encore des discriminations basées sur le genre ou l’appartenance ethnique et raciale », précise ainsi Liz Ahua, Représentante régionale du HCR pour l’Afrique de l’Ouest. « Ces discriminations constituent autant d’obstacles à l’acquisition de la nationalité pour les quelques 60 millions de personnes qui, dans la région n’ont pas de document d’identité et de nationalité », a-t-elle rappelé. Le Plan d’action prévoit l’harmonisation des lois sur la nationalité avec les normes internationales en matière de nationalité et de prévention de l’apatridie ». Les Etats devront ainsi mettre en place des mécanismes performants et adaptés pour garantir à toutes les personnes éligibles l’obtention de documents d’identité et de nationalité.

« L'apatridie a un impact dévastateur sur la vie des individus, car la possession de la nationalité est essentielle pour une pleine participation à la société et une condition préalable pour bénéficier des droits fondamentaux de l'homme. Je tiens à vous assurer de l’engagement de la CEDEAO à résoudre ce problème » a déclaré Dr Fatimata Dia Sow, Commissaire de la Commission de la CEDEAO chargée des Affaires sociales et du Genre.« Il est important d’attirer l’attention sur l’apatridie comme nous le faisons car il s’agit d’un phénomène souvent invisible dont les conséquences sont néanmoins très importantes, y compris le déni d'accès aux droits fondamentaux de l'homme tels que l'éducation, la santé et le droit au travail » a insisté Mme Sow.

Les experts des Etats de la CEDEAO se sont réunis les 7 et 8 mai pour élaborer et valider le plan d’action avant de le soumettre aux Ministres pour validation. Ce document sera présenté aux prochaines réunions statutaires de la CEDEAO pour être entériné. Une fois ce processus finalisé, le plan d’action sera un document légalement contraignant pour les Etats membres de la CEDEAO

A ce jour, douze des quinze Etats membres de la CEDEAO ont adhéré à la Convention de 1954 relative au statut des apatrides, et onze états sont parties à la Convention de 1961 sur la réduction des cas d’apatridie. Le Ghana, le Cap vert et le Togo se sont engagés à adhérer aux conventions.

L’action des Etats membres et de la CEDEAO s’inscrit dans le cadre de la campagne décennale pour l’éradication de l’apatridie, lancée par le HCR en 2014. A ce titre, le HCR offre son soutien technique pour l’organisation de la conférence régionale ministérielle de Banjul pour la validation et l’adoption du plan d’action régional sur l’éradication de l’apatridie en Afrique de l’Ouest.

 

Pour plus d’information, veuillez contacter :

Emmanuelle Mitte, HCR, Administratrice régionale principale chargée de l’apatridie, mitte@unhcr.org, + 221 77 740 14 96

Romain Desclous, HCR, Administrateur régional principal chargé de l’information publique, desclous@unhcr.org, + 221 77 639 6385

Simplice Kpandji, HCR, Administrateur régional en charge de reporting, kpandji@unhcr.org, +221 77 333 98 83

Liberor Doscof Aho, Commission de la CEDEAO, Directeur de la Communication par intérim : laho@ecowas.int, +234 706 4189 249

Growing risk of death from starvation in Horn of Africa, Yemen, Nigeria; displacement already rising