UNHCR / DIANA DIAZ

Ivorian refugee Colette, 79, recently left Liberia, where she had been living in a camp for several years, and returned to her home country in a UNHCR convoy.

UNHCR, the Ivorian Government and the governments of asylum countries pledge to strengthen their efforts in the search of durable solutions for the Ivorian refugees.

Some 40,000 refugees still remain in exile in West Africa

ABIDJAN, CÔTE D’IVOIRE, 15 July 2016 (UNHCR) Following a regional meeting held in Abidjan from 12 to 14 July, UNHCR, the Ivorian authorities and host governments in West Africa have committed to strengthening their efforts to achieve durable solutions for some 40,000 Ivorian refugees remaining in the region as well as the sustainable reintegration of returnees in Côte d’Ivoire.

“We welcome the commendable efforts of the host governments in providing protection and assistance to Ivorian refugees”, said Millicent Mutuli, Deputy Director of UNHCR’s Africa Bureau in Geneva, who took part in the meeting. “The security and economic situation has improved significantly in Côte d’Ivoire — as reflected by the spontaneous and facilitated return of some 250,000 refugees since 2011—and this will need to continue to reassure the remaining Ivorian refugees who wish to return home. ”

In addition to government representatives of the main asylum countries and Côte d’Ivoire, participants at the meeting included representatives from UNHCR offices in Côte d’Ivoire and the asylum countries, UN agencies and UNHCR’s partners in Côte d’Ivoire.

The participants agreed on a comprehensive solutions strategy, recognizing the efforts of the Ivorian Government to seek the return of its nationals. They also encouraged the Government to take into account some of the concerns expressed by Ivorian refugees about return, including as regards their security, socio-economic situation, access to land, and restitution of property.

UNHCR will continue to facilitate the voluntary repatriation of Ivorian refugees, and to ensure those who choose to return have the opportunity to do so in safety and dignity. The UN refugee agency will also continue to support the Ivorian authorities in the implementation of reintegration activities aimed at ensuring durable return.

For refugees who choose to remain in the countries of asylum, UNHCR will support host governments and refugees in achieving their sustainable local integration, including legal and socioeconomic dimensions, for example through promotion of the issuance of residence permits or naturalization, the implementation of socio-economic activities, and support to access to land, employment and livelihood opportunities. Resettlement will continue to be used as a protection tool for specific cases, such as persons with special medical needs or survivors of severe trauma.

As of July 2016, 56,000 Ivorian refugees are registered in the asylum countries worldwide, including 40,000 in West Africa, primarily in Liberia (20,090), Ghana (11,000), Guinea (3,991), Togo (2,556) and Mali (1,041).

Media contacts:
In Abidjan (on mission), Simplice Kpandji, + 225 07 39 03 73 ; + 221 77 333 9883 (roaming) ; kpandji@unhcr.org
In Abidjan, Danielli Mbaitoloum, + 225 75 04 54 58; mbaitolo@unhcr.org
In Dakar (regional), Helene Caux, + 221 77 333 1291 ; caux@unhcr.org
In Geneva, Leo Dobbs, + 41 79 833 6347 ; dobbs@unhcr.org

Le texte en français:

Le HCR, le Gouvernement Ivoirien et les gouvernements des pays d’asile s’engagent à renforcer leurs efforts dans la recherche de solutions durables pour les réfugiés ivoiriens.

Quelque 40.000 réfugiés demeurent encore en exil en Afrique de l'Ouest

ABIDJAN, CÔTE D’IVOIRE, 15 juillet 2016 (UNHCR) - Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), les autorités ivoiriennes et les gouvernements des pays accueillant des réfugiés ivoiriens en Afrique de l’Ouest se sont engagés, à l’issue d’une réunion régionale à Abidjan du 12 au 14 juillet, à renforcer leurs efforts pour trouver des solutions durables pour quelque 40,000 réfugiés ivoiriens encore en exil dans la région ainsi que des solutions pour la réintégration des rapatriés en Côte d’Ivoire.

"Nous saluons les efforts louables consentis par les gouvernements des pays d’accueil des réfugiés ivoiriens qui n’ont ménagé aucun effort pour leur apporter protection et assistance", s’est réjouie Millicent Mutuli, Directrice adjointe du HCR pour le Bureau Afrique à Genève qui prenait part à cette réunion. "La situation sécuritaire et économique s’est nettement améliorée en Côte d’Ivoire et le retour spontané et organisé d’environ 250 000 réfugiés depuis 2011 témoigne de cette amélioration. Celle-ci devra se poursuivre pour permettre de rassurer les réfugiés ivoiriens dans leur choix de retourner dans leur pays".

Outre les représentants gouvernementaux des pays d’asile ainsi que ceux de la Côte d’Ivoire, étaient aussi présents des représentants des bureaux du HCR en Côte d’Ivoire et des pays d’asile, ainsi que les agences du Système des Nations Unies et les partenaires du HCR en Côte d’Ivoire.

Au terme de cette réunion, les participants ont, dans une approche globale de stratégies de solutions, reconnu les efforts du gouvernement ivoirien soucieux du retour de ses ressortissants. Ils ont aussi encouragé celui-ci à prendre en compte certaines préoccupations exprimées par les réfugiés ivoiriens. Ce sont entre autres, leur sécurité, leur situation socio-économique dans la perspective de leur retour, l’accès à la terre et la restitution de leurs propriétés.

Le HCR continuera à faciliter le rapatriement volontaire et librement consenti vers la Côte d’Ivoire, ce qui offre l’occasion aux réfugiés ivoiriens qui en auront fait le choix de regagner leur pays dans la sécurité et la dignité. L’agence pour les réfugiés poursuivra son appui aux autorités ivoiriennes dans le cadre des activités de réintégration pour donner au retour un caractère durable.

Pour les réfugiés qui auront fait le choix de l’intégration locale dans le pays d’asile, le HCR leur apportera un appui ainsi qu’aux pays d’asile pour assurer une intégration durable en prenant en compte entre autres, les dimensions légales et socio-économiques notamment la délivrance de permis de résidence, de naturalisation, ainsi que la mise en place d’activités socio-économiques, l’accès à la terre, à l’emploi et aux moyens de subsistence. La réinstallation dans un pays tiers demeurera un outil de protection pour, par exemple, des cas médicaux ou les personnes ayant vécu des traumatismes sévères.

Au mois de juillet 2016, 56000 réfugiés ivoiriens étaient enregistrés dans les pays d’asile à travers le monde dont 40,000 en Afrique de l’Ouest, principalement au Liberia (20090), Ghana (11000), Guinée (3991), Togo (2556) et au Mali (1041).

Media contacts:
A Abidjan (en mission), Simplice Kpandji, + 225 07 39 03 73 ; + 221 77 333 9883 (roaming) ; kpandji@unhcr.org
A Abidjan, Danielli Mbaitoloum, + 225 75 04 54 58; mbaitolo@unhcr.org
A Dakar (régional), Helene Caux, + 221 77 333 1291 ; caux@unhcr.org
A Genève, Leo Dobbs, + 41 79 833 6347 ; dobbs@unhcr.org

 

 

Nigerian refugees in the Diffa region seek security and a better future in camp

Nigeria military advances uncover vast humanitarian needs