From stateless to having a nationality: the story of Mamadou

Now an Ivorian citizen, the 59-year-old man finally feels he belongs to a nation

Hundreds of thousands of persons are stateless or at risk of statelessness in Côte d’Ivoire. This population includes around 400,000 historical migrants, mainly from Burkina Faso, Mali and Guinea, and their descendants. They were born or have resided in Côte d’Ivoire since independence in 1960 but were not able to confirm their nationality due to restrictive citizenship rules. UNHCR is working closely with the Government of Côte d’Ivoire, in particular the Ministry of Justice, Human Rights and Public Liberties, to address this long-standing issue and reduce the number of stateless people living on the territory.

Côte d’Ivoire adopted in 2013 a law allowing specific population groups, essentially people born or residing in Côte d’Ivoire since independence and their descendants, to file an application for citizenship through a simple, non-discretionary method procedure*. In April 2014, the Ivorian authorities started implementing this programme with UNHCR’s support and so far 6,400 nationality certificates have already been distributed across the country**. 

In addition, Côte d’Ivoire adopted on 25 February 2015 the Abidjan Declaration to end statelessness in the ECOWAS member States. Côte d’Ivoire – and West Africa as a whole – is celebrating the first anniversary of this fundamental document which contains 25 commitments to prevent, reduce and ultimately eradicate statelessness in the region.

UNHCR Nora Sturm spoke in Abidjan with Mamadou Salogo. Despite being born and having lived his whole life in Côte d’Ivoire, the fifty-nine-year-old man only acquired a nationality in June last year. Mamadou lives in Yopougon, a popular neighborhood in Abidjan, with his four wives and 14 children. He explains the obstacles he faced as a stateless person, and what a difference having a nationality has made in his life.

Can you explain to us what caused you to be stateless?
I was born on 15 October 1956 in the village of Assie-Orie, in the south-east of Côte d’Ivoire. My parents were originally from Haute-Volta (present-day Burkina Faso), they had settled in Côte d’Ivoire to work in the cocoa and coffee plantations. Since neither had been registered at birth or had papers proving who their parents were, it never occurred to them to do so for me. So, like my parents, I had no national identity papers!

In fact, it was not until I turned 15, in 1971, that I got a “jugement supplétif” (a late birth certificate) in order to pass a school examination. But this was just an administrative document; it did not in any way grant me nationality. I learned this the hard way… Because I was not recognized as Ivorian in the eyes of the law, I was not eligible for scholarships as these were reserved for nationals and had to drop out of school. Years later, in 1983, I tried to apply for Burkinabe citizenship given my parents’ origins, but this was unsuccessful as well: I was told that because they did not have any documents, it was impossible to prove that they were actually from Burkina Faso. Neither country recognized me as one of their citizens… It’s like I was a stranger in my own home.

What was life like as a stateless person?
Going through life without a formal nationality is really difficult. I suffered so much from being stateless. I had to stop going to school and start working at a young age to make ends meet. I was insulted on a daily basis because of my status: despite being born and raised here, I was seen and treated like an intruder, without any rights, and it took me a while to get over that sense of inferiority. Statelessness is, at its most basic, a question of human dignity. Many of my friends who were also stateless were cocoa and coffee planters, like their parents and grandparents. They were bribed every time they tried to travel around the country because they were not able to produce any kind of documentation confirming their nationality identity. During the post-electoral crisis in 2010-2011, life was hell. Without a determined nationality, I was seen as automatically suspicious and was identified as either allied with one of the warring parties, or as a foreigner trying to wreak havoc in the country. In reality, all I wanted was peace.

Were you able to work despite your status?
Getting a job without a nationality is extremely difficult. I was very lucky, unlike so many other people in my situation. After dropping out of school, I moved to Abidjan to find a job. I started out as a security agent for a delivery company – they did not care where I was from, all that mattered was that I be on time and do my job. I was noticed by one of the managers there, who took me under his wing. He helped me get a drivers’ license and trained me to be a delivery boy. The company opened a supermarket in 1987, and I was appointed first as Deputy Director, then as Head of Local Purchases and Products. But very quickly, my success became a source of tension: the other employees insulted me, saying: “How did you get this job? We don’t know who you are. You’re not even from here!” This hostility lasted several years, and I have no doubt that it’s actually one of the reasons I was asked to leave my post at the supermarket, and move to another job at the airport – where I currently work.

How was your situation resolved?
My situation was finally resolved on 29 June 2015, when my application to the special programme to acquire Ivorian nationality through declaration was accepted. I now have the exact same rights and responsibilities as all other Ivorian citizens. I cannot express how happy I was to finally be recognized as belonging to a country. My life has changed a lot since then. People look at me differently; I feel like I’m finally on equal footing with others. I can go to work without fearing that I will be mocked. My children can now acquire Ivorian nationality as well, and go to school legally and contribute to the social fabric of their community.

I am now raising awareness about the programme throughout the country, providing people with information in their local languages about who is eligible and what types of documents they need to present. I do it with friends who were in the same situation as me and who know what a nightmare being stateless is.

* Law No 2013-653 adopted on September 10, 2013.

*** This programme is an important step towards reducing statelessness in Côte d’Ivoire, but more needs to be done. It came to an end in January 2016, and UNHCR is advocating that it be extended indefinitely, since many people who are eligible to apply to the programme are not yet aware of its existence. Doing so would have a huge impact in terms of contributing to the fight against statelessness in Côte d’Ivoire.


Le texte en français:

De l'apatridie à la citoyenneté: l’histoire de Mamadou

Dé sormais citoyen ivoirien, cet homme de 59 ans se sent finalement appartenir à une nation.

Des centaines de milliers de personnes sont apatrides ou à risque d’apatridie en Côte d’Ivoire. Cette population comprend environ 400.000 migrants historiques, majoritairement du Burkina Faso, du Mali et de la Guinée et leurs descendants. Ils sont nés ou résident en Côte d’Ivoire depuis l’indépendance en 1960, mais n’ont pas pu confirmer leur nationalité du fait de règles restrictives quant à l’acquisition de la nationalité. Le HCR travaille en étroite collaboration avec le Gouvernement ivoirien, en particulier avec le Ministère de la Justice pour remédier à cette injustice de longue date et ainsi réduire le nombre d’apatrides vivant sur le territoire ivoirien.

La Côte d’Ivoire a adopté en 2013 une loi* permettant à des groupes spécifiques de population – essentiellement des personnes nées ou résidant en Côte d’Ivoire depuis l’indépendance et leurs descendants – d’acquérir la nationalité ivoirienne à travers un processus simple et non-discrétionnaire. Les autorités ivoiriennes ont commencé à appliquer la loi en avril 2014 avec l’appui du HCR et à ce jour 6,400 certificats de nationalité ont déjà été distribués sur l’entièreté du territoire. **

De plus, la Côte d’Ivoire a adopté le 25 février 2015 la Déclaration d’Abidjan pour éradiquer l’apatridie dans les Etats membres de la CEDEAO. La Côte d’Ivoire – et l’Afrique de l’Ouest – célèbre aujourd’hui le premier anniversaire de ce document fondamental qui contient 25 engagements pour prévenir, réduire et, à terme, éradiquer l’apatridie dans la région.

Nora Sturm du HCR a parlé avec Mamadou Salogo à Abidjan. Bien que né en Côte d’Ivoire et y avoir passé toute sa sa vie, cet homme, agé de 59 ans, a seulement obtenu une nationalité en juin dernier. Mamadou vit à Yopougon, un quartier populaire d’Abidjan, avec ces quatre femmes et quatorze enfants. Il explique les obstacles auxquels il a été confronté en tant qu’apatride, et l’impact que l’acquisition d’une nationalité a eu sur sa vie.

Pouvez-vous nous expliquer comment vous vous êtes retrouvé apatride?
Je suis né le 15 octobre 1956 à Assie-Orie, un village dans le sud-est de la Côte d’Ivoire. Mes parents étaient originaires de la Haute Volta (Burkina Faso actuel) et s’étaient installés en Côte d’Ivoire pour travailler dans les plantations de café et de cacao. Vu qu’aucun de mes deux parents n’a été déclaré à la naissance ou ne possédait des papiers prouvant qui étaient leurs parents, ils n’ont jamais songé à déclarer ma naissance. Donc, à l’instar de mes parents, je n’avais pas de documents d’identité !

En fait, ce n’est que lorsque j’ai eu mes 15 ans en 1971 que j’ai obtenu un « jugement supplétif » (une déclaration de naissance tardive) pour passer un examen scolaire. Mais ce n’était qu’un document administratif. Il ne me donnait en aucun cas droit à la nationalité. Je l’ai appris à mes depends… Parce que je n’étais pas reconnu comme ivoirien devant la loi,1 je ne pouvais pas prétendre aux bourses d’études parce que celles-ci étaient réservées aux nationaux. J’ai donc dû quitter l’école. Des années plus tard, en 1983, j’ai présenté une demande en vue d’obtenir la nationalité burkinabé en raison des origines de mes parents, maisce fut un nouvel échec : on m’a répondu que parce que ces derniers n’avaient aucun document, il était impossible de prouver qu’ils étaient vraiment ressortissants du Burkina Faso. Aucun de ces deux pays ne voulait me reconnaitre comme citoyen… C’est comme si j’étais étranger dans mon propre pays.

A quoi ressemblait votre vie lorsque vous étiez apatride?
Vivre sans nationalité formelle est vraiment difficile. J’ai tant souffert de l’apatridie. J’ai dû arrêter les études et commencer à travailler très jeune pour joindre les deux bouts. J’étais l’objet d’insultes quotidiennes en raison de mon statut. Bien que je sois né et que j’aie grandi ici, j’étais considéré et traité comme un intrus, sans droit, et il m’a fallu du temps pour surmonter ce sentiment d’infériorité. L’apatridie est, à la base, une question de dignité humaine.

Plusieurs amis en situation d’apatridie comme moi étaient planteurs de café et de cacao tout comme leurs parents et grands-parents. Ils étaient victimes de racket chaque fois qu’ils tentaient de voyager à travers le pays parce qu’ils ne pouvaient produire aucun document pour prouver leur identité national. Durant la crise post-électorale de 2010-2011, la vie était devenue un enfer. Parce que je n’avais pas de nationalité clairement définie, j’étais automatiquement vu comme partisan de l’une des parties au conflit, ou comme un étranger qui venait semer le trouble dans le pays. En réalité, tout ce que je voulais, c’était la paix.

Vous était-il possible de travailler malgré votre statut?
Trouver du travail quand on n’a pas de nationalité est une chose très difficile. J’ai eu beaucoup de chance, contrairement à tant d’autres personnes dans la même situation que moi. Après avoir abandonné l’école, je suis parti à Abidjan pour trouver du travail. J’ai débuté comme agent de sécurité dans une société de livraison. Ils ne se souciaient pas de mes origines ; tout ce qui les intéressait, c’était que je sois à l’heure et que je fasse mon travail. J’ai été remarqué par l’un des dirigeants de l’entreprise qui m’a pris sous son aile. Il m’a aidé à obtenir un permis de conduire et m’a formé au métier de livreur. L’entreprise a ouvert un supermarché en 1987 et j’ai été d’abord nommé Directeur Adjoint, puis comme Responsable des Achats et Produits Locaux. Mais très vite, mon succès est devenu source de tensions. Les autres employés m’insultaient en disant : « Comment tu as pu avoir ce poste ? On ne sait pas qui tu es. Tu n’es même pas de chez nous ! ». Cette hostilité a duré plusieurs années et je n’ai aucun doute que c’est l’une des raisons pour lesquelles on m’a demandé de quitter mon poste au supermarché pour un autre à l’aéroport où je travaille à ce jour.

Comment votre problème a-t-il été résolu?
Mon problème a finalement trouvé une solution le 29 juin 2015 lorsque ma demande dans le cadre du programme spécial d’acquisition de la nationalité par déclaration a été acceptée. A présent, j’ai exactement les même droits et devoirs que tous les autres citoyens ivoiriens. Les mots me manquent pour exprimer ma joie d’être enfin reconnu comme ressortissant d’un pays. Ma vie a beaucoup changé depuis. Les gens me regardent différemment ; je sens enfin que suis sur le même pied d’égalité que tous mes concitoyens. Je peux aller au travail sans craindre que l’on se moque de moi. Mes enfants peuvent à présent aussi acquérir la nationalité ivoirienne, aller légalement à l’école et contribuer au tissu social de leur communauté.

A présent, je participe à la sensibilisation des populations à ce programme à travers tout le pays. Je fournis des informations dans les langues locales sur les critères d’éligibilité et les types de documents à présenter. Je mène ces actions avec l’aide de certains amis qui étaient dans la même situation que moi et qui connaissent le cauchemar qu’est l’apatridie.


*Loi No 2013-653 adoptée le 10 septembre 2013.

**Ce programme représente une étape importante pour réduire l’apatridie en Côte d’Ivoire, mais il reste du travail. Ayant pris fin en janvier 2016, le HCR mène actuellement un plaidoyer pour que le programme soit prolongé de manière indéfinie, car de nombreuses personnes éligibles ne savent pas qu’il existe. Cela aura un impact énorme en termes de lutte contre l’apatridie en Côte d’Ivoire.

UNHCR calls on Nigeria to heed wishes of internally displaced

West Africa celebrates the first anniversary of the Abidjan Declaration on the eradication of statelessness