IDMC

Internal displacement worldwide

A record 38 million people are internally displaced worldwide

30,000 people in the world fled their homes each day in 2014. The conflict in north-eastern Nigeria drove hundreds of thousands from their homes

GENEVA, 6 May 2015 – (IDMC / UNHCR) : A record-breaking 38 million people have been displaced within their own country by conflict or violence. This is the equivalent of the total populations of London, New York and Beijing combined. “These are the worst figures for forced displacement in a generation, signalling our complete failure to protect innocent civilians” said Jan Egeland, secretary general at the Norwegian Refugee Council (NRC).

Today, the Internal Displacement Monitoring Centre (IDMC), part of NRC, launched its Global Overview 2015 (http://bit.ly/1KGwGVg): People internally displaced by conflict and violence at the United Nations in Geneva. With internal displacement figures reaching a record high for the third year in a row, the report also documents that 11 million people were newly displaced by violent events throughout 2014.

“Global diplomats, UN resolutions, peace talks and ceasefire agreements have lost the battle against ruthless armed men who are driven by political or religious interests rather than human imperatives,” said Egeland. “This report should be a tremendous wake-up call. We must break this trend where millions of men, women and children are becoming trapped in conflict zones around the world.”

Volker Türk, UNHCR’s Assistant High Commissioner for Protection, said that the staggering number of internally displaced people because of conflict and violence is a harbinger of movements to come. “We know that more and more internally displaced have been forced to move within their country multiple times. The longer a conflict lasts, the more insecure they feel and when hopelessness sets in, many will cross borders and become refugees,” he said. “As we have seen in the recent past, for example in the Mediterranean, despair drives people to take their chances and even risk dangerous boat journeys. The obvious solution lies in an all-out effort to bring about peace in war-ravaged countries,” Mr Türk added.

The report also highlights how long-lasting, or protracted displacement, contributes to this alarmingly high global total. In 2014, there were people living in displacement for ten years or more in nearly 90% of the 60 countries and territories IDMC monitored.  “As new or renewed crises emerge in countries such as Ukraine or Iraq, new caseloads of internally displaced people join an already massive global displaced population who seem blocked from finding ways of ending their displacement” said Alfredo Zamudio, director of IDMC. “Much of this vast population includes those who were displaced many years ago, like in Azerbaijan or Cyprus, so what we commonly see is that the very act of displacement forces an individual into a vicious cycle that becomes harder to escape from the longer they are in it” said Zamudio.

The IDMC report also describes how displacement often reveals underlying structural challenges within a country, and how it can be prolonged by a government’s deliberate politicisation of the issue or its refusal to enter into a formal resolution of a crisis.   “38 million human beings are suffering – often in horrendous conditions where they have no hope and no future—and unless we challenge ourselves to change our approach, the shockwaves of these conflicts will continue to haunt us for decades to come,” said Egeland.

Notes
– The Global Overview 2015 outlines key displacement events in 2014, which included: The 38 million internally displaced at the end of 2014 represent a 4.7 million increase compared to 2013, when IDMC reported 33.3 million as internally displaced.
– 60% of people newly displaced were in five countries alone: Iraq, South Sudan, Syria, the Democratic Republic of Congo (DRC) and Nigeria
– Iraqi civilians suffered the most new displacement in 2014, with at least 2.2 million people fleeing their homes
– At least 40% of Syria’s population, or 7.6 million people, have been internally displaced, the highest number in the world.
– Boko Haram’s campaign to control territory and impose Islamic law in north-eastern Nigeria drove hundreds of thousands from their homes.
– For the first time in more than a decade Europe had massive enforced displacement caused by the war in Ukraine, where 646,500 people fled their homes in 2014.
– The report covers displacement occurring in 2014 and is based on data provided by governments, NGO partners and UN agencies. It documents the figures and analysis of internal displacement in 60 countries and territories as a consequence of conflict and generalised violence
– Percentages are calculated based on actual figures, not rounded figures.
– This report deals with internal displacement within the countries, not to be confused with UNHCR’s Global Trends Report due in June 2015.

Support material: To download the full report, including maps, graphs and the full dataset: http://bit.ly/1KGwGVg
For more information on internal displacement: http://www.internal-displacement.org

Media Contacts

IDMC/NRC:
In Geneva: Clare Spurrell, Head of Communications, Internal Displacement Monitoring Centre, clare.spurrell@nrc.ch , +41 79 379 89 52
Shervin Tadi, Communications Officer, Internal Displacement Monitoring Centre, shervin.tadi@nrc.ch, +41 78 630 16 78
In Nairobi: Nashon Tado, nashon.tado@nrc.no, +254 72 09 31 035

UNHCR
In Geneva, Babar Baloch, Information Officer, on mobile +41 79 557 9106
In Dakar: Helene Caux, Senior Regional Public Information Officer for West Africa, caux@unhcr.org, + 221 77 333 1291
Simplice Kpandji, Regional Reporting Officer for West Africa, kpandji@unhcr.org, + 221 77 333 9883
In Nigeria: Hanson Tamfu, Information Officer, tamfu@unhcr.org, +234 90 27 57 30 68

Le texte en français:

Nombre record: 38 millions de personnes sont déplacées internes à travers le monde

L’équivalent de 30 000 individus ont été obligés de fuir leurs foyers chaque jour en 2014. Le conflit au Nord-Est du Nigeria a également jeté sur les routes des centaines de milliers de civils.

GENEVE,  6 mai 2015 - (IDMC / HCR) : Le nombre de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (PDI) par les conflits ou la violence a littéralement explosé, atteignant 38 millions, l’équivalent des populations de Londres, New York et Pékin réunies. « Ces chiffres concernant les déplacements forcés, les pires jamais enregistrés en une génération, trahissent notre incapacité la plus totale à protéger des civils innocents », déplore Jan Egeland, secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC).

Aujourd’hui, l’Observatoire des situations de déplacement interne (IDMC), qui fait partie du NRC, a présenté son rapport annuel intitulé Global Overview 2015 : People internally displaced by conflict and violence au siège des Nations Unies de Genève. Il ressort de ce document que non seulement les déplacements internes ont atteint un nouveau record pour la troisième année consécutive, mais aussi que 11 millions de personnes ont dû fuir des épisodes de violence en 2014.

« Les diplomates du monde entier, les accords de cessez-le-feu, les pourparlers de paix et les résolutions des Nations Unies ont perdu la bataille contre des hommes armés impitoyables, mûs par des intérêts politiques ou religieux plutôt que par des impératifs humains », regrette Jan Egeland.
« Ce rapport constitue un véritable signal d’alarme. Nous devons absolument infléchir cette tendance, qui voit des millions d’hommes, de femmes et d’enfants pris au piège dans des zones de conflit aux quatre coins du monde. »

Selon Volker Türk, Haut Commissaire assistant du HCR en charge de la protection, le nombre effarant de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays par les conflits et la violence n’est que le prélude de nouveaux mouvements de population. « Nous savons que de plus en plus de PDI sont contraintes de fuir à plusieurs reprises. Plus un conflit perdure, plus le sentiment d’insécurité grandit, et lorsque le désespoir les gagnent, beaucoup décident de franchir la frontière, devenant ainsi des réfugiés », rappelle Volker Türk. Et d’ajouter : « Comme le montre l’actualité récente, notamment les drames survenus en Méditerranée, la détresse pousse ces gens à entreprendre, au risque de leur vie, de dangereux périples en bateau. La solution la plus logique serait de tout mettre en œuvre pour ramener la paix dans les pays dévastés par la guerre ».

Le rapport de l’IDMC met également en lumière la part occupée par les déplacements prolongés dans le nombre alarmant de PDI à l’échelle mondiale. En 2014, des personnes vivant en situation de déplacement depuis dix ans, voire plus, étaient recensées dans près de 90 % des 60 pays et territoires faisant l’objet du suivi de l’IDMC. « À mesure que de nouvelles crises éclatent ou que les conflits s’enveniment dans des pays comme l’Ukraine ou l’Irak, de nombreuses personnes viennent gonfler les rangs de l’importante population mondiale de déplacés qui n’ont pu remédier durablement à leur situation », explique Alfredo Zamudio, directeur de l’IDMC. « La plupart ont dû fuir leurs foyers il y a de nombreuses années, notamment en Azerbaïdjan ou à Chypre. Ainsi, le simple fait d’être déplacé plonge souvent l’individu dans un cercle vicieux dont il lui est de plus en plus difficile de sortir à mesure que le temps passe. »

Le rapport de l’IDMC montre également que les déplacements de population révèlent souvent au grand jour les problèmes structurels sous-jacents rencontrés par les pays affectés et qu’ils peuvent se prolonger sous l’effet de la politisation délibérée de cet enjeu par les gouvernements ou du refus des autorités nationales de participer à la résolution officielle de la crise.

« Trente-huit millions d’êtres humains souffrent, souvent dans des conditions horribles, sans lueur d’espoir, ni perspectives d’avenir, et si nous ne revoyons pas radicalement notre approche, les ondes de choc générées par les conflits qui agitent la planète continueront de nous hanter pendant encore des décennies », conclut Jan Egeland.

 Notes
- Le rapport annuel de l’IDMC donne un aperçu des grandes vagues de déplacement observées dans le monde en 2014, qui ont fait 38 millions de déplacés internes, soit 4,7 millions de plus qu'en 2013.
- L’Irak, le Soudan du Sud, la Syrie, la République démocratique du Congo (RDC) et le Nigeria totalisent à eux seuls 60 % des nouveaux déplacements.
- Les civils irakiens ont payé le plus lourd tribut en termes de nouveaux déplacements, 2,2 millions de personnes au moins ayant dû fuir leurs foyers.
- Au moins 7,6 millions de Syriens (soit près de 40 % de la population du pays) ont été déplacés. Il s’agit là du chiffre le plus élevé enregistré à l’échelle mondiale.
- La campagne de terreur menée par Boko Haram pour prendre le contrôle du territoire et imposer la loi islamique dans le Nord-Est du Nigeria a également jeté sur les routes des centaines de milliers de civils.
- Pour la première fois depuis plus de dix ans, l’Europe a été le théâtre de déplacements forcés massifs, provoqués par la guerre en Ukraine, qui a forcé 646 500 personnes à fuir leurs foyers en 2014.
- Le rapport de l'IDMC, basé sur les données fournies par les gouvernements, les ONG partenaires et les agences de l'ONU, porte sur les déplacements survenus en 2014. Il présente les chiffres et propose une analyse des déplacements internes dans 60 pays et territoires touchés par des conflits et la violence généralisée. Il ne doit pas être confondu avec le rapport du HCR, intitulé Tendances mondiales 2015, qui devrait être publié en juin.
- Les calculs en pourcentage se basent sur des chiffres exacts, non sur des chiffres arrondis.

Matériel à imprimer ou diffuser : Pour télécharger le rapport complet, les cartes, les graphiques et l’ensemble des données, clicker sur http://bit.ly/1KGwGVg

Pour plus d'informations sur les déplacements internes: http://www.internal-displacement.org

 

Survivors in Bangui seek a way forward

UNHCR organizes its first workshop on emergency management in Africa