Refugees from the Central African Republic queue to vote in Gado Badger camp, in eastern Cameroon, for the first round of the CAR presidential elections that took place on 30 December 2015. The second round is scheduled to take place this week end, on 14 February 2016.

Q&A: UNHCR plays vital role in getting Central African refugees to the ballot box

As the second round of CAR’s presidential election nears, UNHCR’s Charles Mballa discusses the refugee agency’s role in ensuring the participation of refugees.

BANGUI, CENTRAL AFRICAN REPUBLIC, February 12 (UNHCR) – Tens of thousands of refugees will be taking part in the second round of Central African Republic’s (CAR) presidential election this weekend with a large slice of help from UNHCR, the UN Refugee Agency. Everyone hopes the election will mark a turning point for the Central African Republic on the road to a lasting and sustainable peace and the imposition of a stable government and the rule of law after years of inter-communal violence, lawlessness, human rights violations and the forced displacement of almost 1 million people, including more than 460,000 people who fled to neighbouring countries. With the support of UNHCR, thousands of these refugees, living in Chad, Cameroon and the Republic of Congo, were able to vote in the first round of the presidential election on December 30. Refugees in the Democratic Republic of the Congo were unable to vote. The refugees in Chad, Cameroon and Republic of Congo will be able to take part in the second round, which will see two former prime ministers competing for the presidency. The winner is expected to be announced by mid-March. Charles Mballa, UNHCR’s assistant representative in CAR, has been coordinating the agency’s efforts to ensure an inclusive electoral process in close collaboration with the interim CAR administration, host countries, partner organizations and donors. He spoke shortly before the second round with UNHCR Public Information Officer Dalia Al Achi in Bangui about the electoral process: Excerpts from the interview:

Why is it important that refugees take part in the elections?
Approximately 10 per cent of the population has fled to neighbouring countries since the crisis escalated in 2013 [after the rebel Seleka coalition group seized power in March of that year]. It was very important to take them into account and give them the opportunity to choose their future leader and participate in the social and political life of their country. Being a refugee does not mean that your links with your country of origin are completely cut.

Most refugees are longing to go back home. They left because their lives were under direct threat. Most were targeted because of their religious beliefs. Giving them the opportunity to vote in the elections is a first step to re-establishing the broken links and reinforcing their sense of belonging to a country and a nation. Many CAR refugees had felt abandoned by their government so they were extremely happy to be allowed to vote. Taking part in the first round of the election [on December 30] gave them hope that their voices were being heard. The high turnout of 61 per cent of refugees eligible to vote in these three countries [Chad, Cameroon and the Republic of Congo] was another sign of how important this was for them. And had they not been allowed to vote, there is a real possibility that they would have felt further marginalized. This could have led to negative reactions among the refugees, reinforcing a feeling of exclusion, and jeopardizing the prospects for an enduring peace.

What was UNHCR’s role in the process?
Further to a UN Security Council resolution, and at the request of CAR’s National Election Authority [NEA], UNHCR provided technical and logistical support to facilitate the participation of refugees in the elections. We also played a key role in advocating for the amendment of the electoral law to allow refugees to vote. UNHCR pushed for refugee participation in host countries and helped draw up the legal framework allowing them to vote in the three countries.

We also helped the NEA officials and trainers who physically conducted the election in these countries, by producing information for the refugees, identifying polling stations, and transporting and delivering non-sensitive electoral materials to polling sites. UNHCR staff also helped some voters to go to the polling stations. We were present at most of the polling sites throughout the day, monitoring security and the health of the refugees.

What have been the main challenges?
At one stage it looked like there would be no refugee participation because the politicians were divided on the issue. In June, the National Transitional Council [interim parliament] had rejected an amendment of the electoral law to allow refugees to vote. It required additional advocacy efforts and discussions before the Constitutional Court ordered that the new law include refugee participation in the presidential election. Convincing asylum countries to allow elections on their soil was another challenge. Some had security concerns, others did not want to see refugees involved in political activities. Funding was an issue and there were logistical constraints, especially in Cameroon where 70 per cent of Central African refugees do not live in camps.

The tight deadlines also caused problems along with a lack of capacity and trained electoral personnel, especially during the referendum on December 13 on a new constitution, which was marred by violence that left at least 10 people dead. The referendum turnout among refugees was under 50 per cent and many ballots were spoiled due to mistakes made in filling them out.

Was the first round of the presidential ballot a success in terms of refugee participation?
Refugees voted and this in itself is a success. Almost 61 per cent (33,000) of the refugees registered to vote in the three host countries were able to cast a ballot. This compared to a turnout of about 62 per cent of voters inside Central African Republic. We hope to see a similar good refugee participation in the second round. The enthusiasm with which people headed to the polling stations inside the Central African Republic, despite the risk of violence, is a clear indication that CAR’s population is putting a lot of hope in these elections and wants to turn the page. This country has suffered five coups d’états since independence from France in 1960. These elections will hopefully represent a first step towards the rule of law in CAR.

The new leader and government will face immense challenges: the disarmament and reintegration of armed groups, the restoration of state authority and the rule of law, the rehabilitation of basic infrastructure, economic recovery, the return of refugees and solutions for people displaced within the country. UNHCR will have its part to play.

What have you learned from this process so far?
The most important lesson is that in similar circumstances in the future, we should advocate much earlier in the process for the participation of refugees in elections. If the preparations were launched earlier, a good advocacy tool could have been introduced in time to allow us to sign agreements with asylum countries much earlier [and start the process earlier]. Another lesson is to allocate sufficient time and resources to disseminate information on the electoral process and provide voter education so that they can make a much more informed decision.

Do you have any special memories of the election?
One of the most moving things I heard was the story of a refugee in Betou, in the Republic of Congo. He sought refuge there 35 years ago. When he heard about the elections, he thought it was a joke and that they would never find his name on the voter lists. But he decided to take his chance, walking hundreds of kilometres to reach the voter registration centre. When he found his name on the list, he burst into tears. He registered and voted. This is a memory that is very dear to my heart.

For more information, please contact Dalia Al-Achi in Bangui, alachi@unhcr.org, + 236 72 67 51 86

Le texte en français:

Le HCR assure la participation des réfugiés centrafricains à l’élection présidentielle en RCA

A l’approche du second tour de l'élection présidentielle centrafricaine, Charles Mballa explique le rôle du HCR pour assurer la participation des réfugiés

Des dizaines de milliers de réfugiés centrafricains prendront part au deuxième tour de l’élection présidentielle centrafricaine ce week-end grâce notamment à l’appui du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). Toutes les parties concernées espèrent que cette élection marquera un tournant dans l’histoire du pays qui permettra d’ouvrir la voie à une paix durable et de mettre en place un gouvernement stable ainsi que l'Etat de droit, après des années de violences intercommunautaires ayant conduit à des violations des droits humains et au déplacement forcé de près d’un million de personnes, dont plus de 460 000 ayant fui vers les pays voisins de la République centrafricaine. Le 30 décembre 2015, des milliers de réfugiés vivant au Tchad, au Cameroun et au Congo ont pu voter au premier tour de l'élection présidentielle. Ceux qui vivent en  République démocratique du Congo n’ont quant à eux pas pu exprimer leurs voix. Les candidats au second tour de l’élection présidentielle sont deux anciens Premiers Ministres. Le nom du futur Président devrait être connu à la mi-mars. Charles Mballa, le représentant adjoint du HCR en République centrafricaine (RCA), a coordonné les efforts du HCR pour assurer que les réfugiés puissent voter, et ce en étroite collaboration avec l’Agence Nationale des Elections (ANE), les autorités de transition, les pays d'asile, les organisations partenaires et les donateurs. Il revient sur le processus électoral et la participation des réfugiés et en discute avec Dalia Al Achi, employée du HCR en charge de l'information à Bangui.

Pourquoi est-il important que les réfugiés participent aux élections?
Près de 10 pour cent de la population centrafricaine a fui vers les pays voisins depuis l’escalade de la crise en 2013 [suite à la prise du pouvoir par les Seleka en mars]. Il était très important de les prendre en compte et d’assurer qu’ils puissent choisir leur futur dirigeant et participer à la vie socio-politique de leur pays. Etre un réfugié ne signifie pas que vos liens avec votre pays d'origine sont complètement coupés. Les réfugiés centrafricains dans leur majorité n’ont qu’une seule envie : rentrer chez eux. Ils se sont enfuis parce que leurs vies étaient directement menacées. Beaucoup étaient d’ailleurs visés en raison de leurs croyances religieuses. Leur donner la possibilité de voter est une première étape pour rétablir les liens brisés et renforcer leur sentiment d'appartenance à un pays et à une nation.

Beaucoup de réfugiés centrafricains s’étaient sentis abandonnés par leur gouvernement, c’est pour cette raison précise qu'ils étaient très heureux de savoir que les autorités de leur pays avaient finalement autorisé leur participation. En prenant part au premier tour de l'élection [le 30 décembre], ils avaient l'espoir que leurs voix allaient être entendues. Le taux élevé de 61 pour cent de participation des réfugiés au 1er tour en âge de voter dans ces trois pays [Tchad, Cameroun et Congo] est une preuve de l'importance qu’ils accordent à ce processus. Si les réfugiés n’avaient pu exercer leur droit de vote, il est très probable qu'ils se seraient sentis encore plus marginalisés. Cela aurait pu conduire à des réactions négatives parmi les réfugiés, renforçant un sentiment d'exclusion et compromettant les perspectives d'une paix durable.

Quel est le rôle du HCR dans ce processus ?
Suite à une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, et à la demande de l’Autorité Nationale des Elections (ANE), le HCR a fourni un appui technique et logistique pour faciliter la participation des réfugiés aux élections. Nous avons joué un rôle clé de plaidoyer pour l'amendement de la loi électorale pour permettre aux réfugiés de voter. Le HCR a également déployé des efforts de plaidoyer auprès des pays d’accueil et a grandement contribué à établir un cadre juridique leur permettant de voter dans les trois pays d’asile.

Nous avons également aidé les fonctionnaires et les formateurs de l’Autorité Nationale des Elections (ANE) qui ont géré le bon déroulement des élections dans ces pays en produisant des informations pour les réfugiés, en identifiant des bureaux de vote ainsi qu’en transportant et en livrant du matériel électoral non sensible dans les lieux de scrutin. Le personnel du HCR a également aidé certains électeurs à se rendre dans les bureaux de vote. Nous étions présents dans la plupart des bureaux de vote durant la journée, pour contrôler la sécurité et la santé des réfugiés.

Quels ont été les principaux défis ?
Il semblait à un moment qu'il n'y aurait pas de participation des réfugiés car les hommes politiques étaient divisés sur cette question. En juin, le Conseil national de transition [parlement intérimaire] avait rejeté un amendement de la loi électorale pour permettre aux réfugiés de voter. Cela a demandé des efforts et des discussions avant que la Cour constitutionnelle n’ordonne que la nouvelle loi inclue la participation des réfugiés à l'élection présidentielle. Convaincre les pays hôtes de permettre des élections sur leur sol a été un autre défi. Certains étaient confrontés à des problèmes de sécurité, d'autres ne voulaient pas voir des réfugiés participer à des activités politiques. Le financement était un problème et il y avait des contraintes logistiques, en particulier au Cameroun, où 70 pour cent des réfugiés centrafricains ne vivent pas dans des camps.

Les délais serrés ont également causé des problèmes ainsi qu’un manque de capacités et de personnel électoral formé, en particulier lors du référendum du 13 décembre pour une nouvelle constitution qui a été marqué par des violences ayant causé la mort d’au moins 10 personnes. Le taux de participation du référendum parmi les réfugiés était inférieur à 50 pour cent et de nombreux bulletins ont été déclarés nuls en raison d'erreurs commises pour les remplir.

Le premier tour de l'élection présidentielle a-t-il été un succès en termes de participation des réfugiés ?
Les réfugiés ont voté, ce qui est un succès en soi. Près de 61 pour cent (33 000) des réfugiés inscrits sur la liste électorale dans les trois pays d'accueil ont pu voter. On peut comparer ce taux de participation à celui d’environ 62 pour cent des électeurs à l'intérieur de la République centrafricaine. Nous espérons voir un taux de participation similaire des réfugiés au second tour. L'enthousiasme avec lequel les gens se sont rendus dans les bureaux de vote en République centrafricaine, malgré les risques de violences, est une indication claire que la population centrafricaine espère beaucoup de ces élections et veut tourner la page. Ce pays a subi cinq coups d'État depuis la déclaration de son indépendance avec la France en 1960. Ces élections représenteront une première étape vers l'Etat de droit en RCA.

Le nouveau chef et le gouvernement devront faire face à d'immenses défis : le désarmement et la réinsertion des groupes armés, la restauration de l'autorité de l'Etat et de l'Etat de droit, la réhabilitation des infrastructures de base, la reprise économique, le retour des réfugiés et des solutions pour les personnes déplacées à l'intérieur du pays. Le HCR aura son rôle à jouer.

Qu'avez-vous appris de ce processus jusqu'à présent ?
La leçon la plus importante est que, dans des circonstances similaires à l'avenir, nous devrions plaider - beaucoup plus tôt dans le processus - pour la participation des réfugiés aux élections. Si les préparatifs avaient été lancés plus tôt, un outil de sensibilisation efficace aurait pu être introduit à temps pour nous permettre de signer des accords avec les pays hôtes beaucoup plus tôt [et nous aurions pu lancer le processus plus tôt]. Une autre leçon est de consacrer suffisamment de temps et de ressources pour diffuser des informations sur le processus électoral et former les électeurs afin qu'ils puissent prendre une décision éclairée.

Avez-vous des souvenirs particuliers de l'élection ?
L'un des faits les plus émouvants dont j'entendu parler est l'histoire d'un réfugié à Betou, au Congo. Il y avait trouvé refuge 35 ans auparavant. Quand il a entendu parler des élections, il pensait que c’était une plaisanterie et qu'il ne pourrait jamais trouver son nom sur les listes électorales. Mais il a décidé de tenter sa chance. Il a effectué des centaines de kilomètres à pied pour rejoindre le centre d'inscription des électeurs. Quand il a trouvé son nom sur la liste, il a fondu en larmes. Il s’est enregistré et il a voté. C’est un souvenir très cher à mon cœur.

Pour plus d'informations, merci de contacter Dalia Al-Achi à Bangui, alachi@unhcr.org, + 236 72 67 51 86

UN agencies press donors to keep up vital support for Malian refugees in Mauritania

Thousands of refugees vote in second round of CAR presidential election