Laura Michalon listens to the stories refugee women wish to share with her in Ampain camp in Ghana.

A “Passionaria” of Humanitarian Work

On World Humanitarian Day, meet UNHCR Laura Michalon, a woman of heart and of dedication to the cause of refugees.

Laura Michalon has travelled the world for 15 years serving refugees and internally displaced persons, often in difficult conditions but with an unfaltering determination. She is based in Dakar and in charge of Community Services* at UNHCR’s Regional Office for West Africa. On World Humanitarian Day (August 19), she shares her experience with Simplice Kpandji.

DAKAR, SENEGAL, August 19, 2015 (UNHCR) – Her memories become interwoven and her face lights up when she talks about her job, which she is passionate about: social work. Her commitment to the field of social work started in the early 1980s when she was hired as a medical and social secretary for the Social Welfare Office of the Paris city government. “I was working with social workers and I found their work so interesting that I decided to pursue this career,” explains Laura, harkening back to those early days. “I had a lot of contact with people, I saw those who came in to talk to the social workers and I wanted to be there for them and share with them. There were people from all over living in such difficult situations socially: immigrants, asylum seekers, refugees from the four corners of the globe and destitute French nationals all living in precarious situations and suffering devastating effects to their health. We came across children with lead poisoning and we saw the return of tuberculosis. These conditions were further exacerbated by domestic violence and psychological and mental issues. We saw a lot of violent behaviour and we had to learn to take a step back to manage the situation.”

That’s when Laura decided to return to her studies to fulfil her dream: that of becoming a social worker. She trained at the Institute of Social Work in Paris where she obtained an official qualification in social work. “I continued working at the Social Welfare Office for 10 years while taking university courses to obtain a Master’s Degree in Social Sciences,” she adds.

“When I saw the UNHCR vacancy, I said to myself: now that’s got my name written all over it.”

When she recalls this time of her life, she cannot help but smile. “By an incredible stroke of luck I saw the vacancy the very day it was advertised. When I saw it, I said to myself ‘now that’s got my name written all over it.’ I sent in my application the same day. The position description matched my profile down to a t: Master’s Degree in Social Sciences, experience working in social welfare and a good understanding of vulnerable people. I passed the test and was hired. That was in 2000,” she says proudly.

Laura has been a UNHCR Community Services Administrator for 15 years now. It is a role that she is passionate about, in spite of its challenges: “Many colleagues call community services the UNHCR’s ‘complicated affairs services’!” she remarks with a touch of humour. “The work itself is not complicated but rather it’s the lack of human and financial resources that often makes it more complex, as you have to manage a number of areas and activities at the same time.”

From Central Africa to East and West Africa, Laura has seen the reality of refugees from different walks of life on a daily basis. “I have witnessed particularly moving situations. Soon after starting with UNHCR I worked with Congolese refugees from Brazzaville who fled Congo during the war in 1998-1999 to seek refuge in neighbouring countries,” she explains. “There were a lot of protection issues. Refugees arrived physically and psychologically wounded, some of them had been forced to commit atrocious acts of sexual violence on members of their own families, others had been on the receiving end of this violence. We see and we hear awful things in our work with refugees, things that are not seen or heard anywhere else. It was really hard to experience!”

Laura Michalon (left) congratulates another UNHCR staff who has been like her deeply involved in defending refugee women's rights and access to basic services. UNHCR / Simplice Kpandji

Laura Michalon (left) congratulates another UNHCR staff who has been, like her, deeply involved in defending refugee women’s rights and access to basic services.

Her face tenses and her voice trembles, becoming more serious as she talks about the difficulties faced by refugees and her department’s inability to provide the appropriate response. “There are situations that haunt me to this day. For example, the story of a little Congolese girl who took refuge in the forest in the Democratic Republic of the Congo with her parents for over two years and who came out blind as a result of vitamin A deficiency. This little 3-year old girl lost her sight and there was nothing that could be done for her.”

Laura has many more harrowing stories like this one to tell, such as the misfortune of internally displaced women in the Central African Republic. Having survived the violence of the armed rebel group the Lord’s Resistance Army (LRA), they managed to flee and told Laura of their ordeal, which included forced labour, sexual abuse, and cannibalism. And then there’s the couple still struggling to cope with the death of their first child while still an infant, because of delayed medical treatment. These parents needed a shoulder to cry on and an attentive ear to comfort them.

Despite this rather sombre picture of the realities on the ground, Laura is delighted with the successes achieved throughout her enriching career in which she has had a range of experiences. “Fortunately, there are a lot of success stories!” For example, there is the 17-year old refugee girl from the Democratic Republic of the Congo. She excelled at school but suffered from hydrocephalus (water on the brain). Her family didn’t have the means to give her the care she needed and her condition had deteriorated considerably. Her family was granted an emergency resettlement in a northern European country and her life was saved.” 

Alongside these individual cases, there are also success stories pertaining to groups, particularly of refugee women. “In the Central African Republic for example, refugee women have managed to overcome the precariousness of their situation with very little money but great determination. They have been trained by UNHCR to make batik fabric. By the end of their training, they are able to create and sell clothing and other accessories made from this material. Other women received financial support to start income-generating activities and earn a living from the sale of their products.”

Deep down, Laura knows that the challenges are real, especially in terms of protecting refugee women. First and foremost there are the issues of gender-based sexual violence, like survival sex, domestic violence and harmful traditional practices such as child marriage and female genital mutilation (FGM).

Most countries have programmes to reverse the trend of female genital mutilation, focusing, for example, on the reintegration of the circumcisers and using a community-based approach. In reality, however, these FGM practices persist behind closed doors with dramatic consequences for the girls and women who are at risk of fistulas. They are then ostracised from society if nothing is done to ‘fix’ them.”

Laura also knows that the changes hoped for will not happen overnight and that patience and a methodical strategy are essential. “How can we change the behaviour of families who are following ancestral customs and practices? It’s a long-term endeavour, involving raising community awareness of the negative effects of child marriage for the health and psychological well-being of girls, while also taking into account the refugees’ social, cultural and religious background. There are also many children who are forced into child labour and who have therefore lost their childhood and opportunity to go to school.”

She lets out a long sigh at this list of challenges, a reflection of the extent of the task at hand. “It’s quite difficult but we need to bring about behavioural change.”

How does anyone combine such passion with a family life? “When we work, we forget ourselves because we want to do a good job, to make things better,” Laura continues. “It’s not simple to combine both aspects and even less so when you work in a region where you cannot live with your family due to safety concerns. But we do our best and fortunately we make it work!,” she assures me with a big smile. This friendly mother of five draws her strength from her contact with refugees. “What makes the difference to my work is the chance to sit down with refugees, especially women and girls, talk to them, laugh with them. That makes it easier to communicate, to pass on key messages and to achieve significant change. They are fighters. Personal contact is vital for me, it’s totally different from being at the office.”

What conclusions has she reached 15 years down the track of such an enriching path? “I cannot be proud of my social action because it’s my duty and that’s what I’m here for, it’s my job and I seek to make a difference in people’s lives. The most important thing is what I give to the people I serve and what they receive from me.”

*Community services can be defined as social services which are provided using a community-based approach, underpinned by equality of rights and gender, and destined for people under the care of UNHCR

This story was translated from French by Hazel Ryan

Le texte en français:

La passionaria de l’humanitaire

Pour la journée mondiale de l'aide humanitaire, rencontrez Laura Michalon, une femme de coeur, dédiée à la cause des réfugiés.

Quinze ans qu’elle parcourt le monde au service des réfugiés et des déplacés internes, dans des conditions souvent difficiles, mais avec une détermination toujours égale. Basée à Dakar, Laura Michalon est en charge des Services communautaires* au Bureau régional du HCR pour l’Afrique de l’Ouest. A l'occasion de la journée mondiale de l'aide humanitaire ce 19 août, elle s’est confiée à Simplice Kpandji.

DAKAR, SENEGAL, 19 août 2015 (HCR) -  Ses souvenirs s’entremêlent et son visage s’égaye lorsqu’elle évoque son travail, devenu sa passion : l’action sociale. Un engagement qui naît lorsqu’elle est recrutée comme secrétaire médicale et sociale au début des années 1980 au Bureau d’aide sociale (BAS) de la ville de Paris. «Je travaillais avec des assistantes sociales et je trouvais leur travail tellement intéressant que j’ai décidé d’apprendre ce métier» explique Laura, les yeux plongés dans ce souvenir lointain.

«J’avais beaucoup de contacts avec les gens, je voyais les nombreuses personnes qui venaient rencontrer les assistantes sociales et j’aimais être à leur écoute, échanger avec elles. Il y avait des gens de tous horizons, avec des situations sociales tellement difficiles : immigrés, demandeurs d’asile, réfugiés de tous les continents et Français démunis vivaient dans une certaine précarité avec des conséquences désastreuses sur leur santé. On découvrait le saturnisme chez les enfants, la tuberculose refaisait son apparition. Les violences domestiques, les troubles psychologiques et mentaux venaient s’ajouter à ces maladies. Les comportements violents ne manquaient pas et il fallait savoir les gérer avec recul

Laura décide alors de reprendre des études pour réaliser son rêve : devenir assistante sociale. Elle suit une formation à l’Institut de Travail Social à Paris où elle obtient un diplôme d’Etat d’assistante de service social. «J’ai travaillé encore une bonne dizaine d’années au BAS, tout en suivant des cours à l’Université afin d’obtenir une maitrise en sciences sociales » ajoute-t-elle.

« Lorsque j’ai vu l’annonce du HCR, je me suis dit : ça, c’est pour moi »

Lorsqu’elle évoque cette tranche de vie, elle ne peut s’empêcher de sourire tant la chance le dispute à la conviction. «Je suis tombée par le plus grand des hasards sur l’offre d’emploi du HCR le premier jour de sa publication. Lorsque je l’ai vue, je me suis dit : «Ca, c’est pour moi» et j’ai déposé mon dossier de candidature le jour même. L’annonce correspondait tout à fait à mon profil : maitrise en sciences sociales, avec une expérience professionnelle dans le social et une bonne connaissance des personnes vulnérables. J’ai passé le test et j’ai été recrutée. C’était en 2000», explique-t-elle avec fierté.

Administratrice des services communautaires depuis maintenant quinze ans au HCR, Laura égrène le chapelet de cette passion qui ne va pas sans difficultés : «Beaucoup de collègues appellent les services communautaires les services des affaires compliquées au HCR !» clame-t-elle avec une pointe d’humour. «Le travail en lui-même n’est pas compliqué. C’est le manque de moyens humains et financiers qui le rend souvent complexe, alors que vous devez gérer tout un ensemble de secteurs et d’activités.»

De l’Afrique centrale à l’Afrique de l’Est et de l’Ouest, Laura a côtoyé au quotidien la réalité des réfugiés en suivant au plus près des tranches de vie aux fortunes diverses. «J’ai connu des situations particulièrement touchantes. A mes débuts au HCR, je devais faire face à la situation des réfugiés congolais de Brazzaville ayant fui leur pays au moment de la guerre en 1998-1999 vers les pays limitrophes » explique-t-elle. «Il y avait beaucoup de problèmes de protection. Des réfugiés étaient arrivés blessés physiquement et étaient très affectés psychologiquement, certains pour avoir été forcés de commettre des actes atroces de violences sexuelles envers les membres de leurs familles, d’autres avaient subi ces violences. On voit et on entend des choses affreuses dans notre travail avec les réfugiés, des choses qu’on ne voit et n’entend nulle part ailleurs. C’était terrible à vivre 

Son visage se crispe, sa voix tremble et se fait plus grave lorsqu’elle aborde les difficultés des réfugiés et parfois l’impossibilité pour sa section d’apporter les réponses appropriées. «Il y a des situations qui me hantent encore. Par exemple, l’histoire de cette petite fille congolaise qui s’était réfugiée dans la forêt en République du Congo, pendant plus de deux ans avec ses parents et qui en était ressortie aveugle, notamment parce qu’elle manquait de vitamine A. Cette petite fille de 3 ans était devenue non-voyante et il n’y avait rien à faire pour elle».

Des histoires poignantes comme celle-ci, Laura en a beaucoup d’autres à partager, telles les mésaventures des femmes déplacées internes en République centrafricaine. Survivantes des exactions de la LRA (Lord's Resistance Army), groupe rebelle armé d’origine ougandaise, elles avaient réussi à s’échapper et lui ont raconté leur calvaire, comme le travail forcé, les abus sexuels, l’anthropophagie. Ou encore ce couple bouleversé par le décès en couches de son premier enfant, attribué à un retard dans la prise en charge médicale, et qu’il fallait écouter attentivement, réconforter, et assister.

Derrière ce tableau assez sombre des réalités du terrain, Laura se réjouit cependant des succès accumulés au cours de cette carrière riche en expériences aussi diverses que variées. «Heureusement, il y a beaucoup d’exemples de réussites ! C’est le cas de cette jeune fille réfugiée de 17 ans, originaire de la République du Congo. Elle était brillante à l’école mais souffrait d’une hydrocéphalie. Sa famille n’avait plus les moyens de prendre en charge ses soins et son état de santé s’était considérablement dégradé. Une réinstallation demandée d’urgence a permis à la famille d’être accueillie dans un pays d’Europe du Nord et de la sauver».

A côté de ces cas individuels, il y a des histoires de réussite de groupes et particulièrement des femmes réfugiées. « En République centrafricaine par exemple, des femmes réfugiées sont sorties de leur grande précarité avec très peu d’argent mais avec une grande détermination. Elles ont été formées par le HCR à faire du batik. A la fin de la formation, elles produisaient et confectionnaient des habits et d’autres accessoires à partir de ce matériau qu’elles écoulaient. D’autres recevaient des appuis financiers pour entreprendre des activités génératrices de revenus et vivaient de leurs produits ».

Au fond d’elle-même, Laura sait que les défis sont énormes notamment dans le domaine de la protection des femmes réfugiées au premier rang desquels se posent les questions de violences sexuelles et basées sur le genre comme le sexe pour la survie, les violences domestiques et les pratiques traditionnelles néfastes, telles que les mariages précoces et les mutilations génitales féminines.

«La plupart des pays ont des programmes qui tentent d’inverser la tendance en ce qui concerne les mutilations génitales féminines, portant par exemple sur la réinsertion des exciseuses et sur une approche communautaire. Mais dans la réalité, ces pratiques persistent de manière insidieuse avec des conséquences dramatiques sur les filles et les femmes qui peuvent notamment développer des fistules. Elles seront alors mises à l’écart de la société si rien n’est fait pour les “réparer"».

Laura sait également que les changements espérés ne se feront pas du jour au lendemain et qu’il faudra de la patience et un travail méthodique. « Comment changer le comportement de familles qui ont eu des habitudes et des pratiques ancestrales ? C’est un travail de longue haleine, comme par exemple de sensibiliser les populations sur les effets négatifs du mariage précoce sur la santé et le bien-être psychologique des filles, tout en prenant en compte le poids social, culturel et religieux des réfugiés. Il y a aussi  tous ces enfants sacrifiés au travail précoce qui n’ont pas eu d’enfance, ni de scolarité». Son soupir à la fin de l’énumération de ces défis est révélateur de l’ampleur de la tâche. « C’est assez difficile mais il faudra qu’on arrive à un changement de comportements».

Comment concilier une telle passion avec une vie de famille ? « Quand on travaille, on s’oublie soi-même parce qu’on a envie de bien faire, de parfaire » insiste Laura. « Ce n’est pas évident de concilier les deux et encore moins quand vous travaillez dans des zones où vous n’avez pas le droit d’être en famille pour des raisons de sécurité. Mais on essaie et on y arrive tout doucement. Heureusement !», assure-t-elle avec un grand sourire. Cette mère de cinq enfants affable puise ses forces dans le contact qu’elle entretient avec les réfugiés. « M’asseoir avec les réfugiés, en particulier les femmes, les jeunes filles, discuter avec elles, rire avec elles, c’est cela qui fait la valeur de mon travail, c’est plus facile de communiquer avec elles, de faire passer des messages clés et de voir des changements significatifs, elles sont des battantes. Le contact, c’est vital pour moi, c’est totalement différent que d’être au bureau.»

Quelles conclusions tire-t-elle après quinze ans d’un parcours aussi riche ? « Je ne peux pas être fière de mon action parce que c’est mon devoir de le faire et je suis là pour le faire, c’est mon travail, et je cherche à faire mieux. Ce qui est important, c’est surtout ce que je laisse aux gens que je sers, ce qu’ils reçoivent de moi ».

*les services communautaires peuvent être définis comme des services sociaux utilisant une approche communautaire, basée sur l’égalité de droits et de genre, en direction des personnes relevant du mandat du HCR.


Cameroon: Escape from Nigeria

World Humanitarian Day