Bintou, 23: "I was never able to go to school because I don't have papers. I can not read, can not write. My parents moved from Burkina Faso to Côte d'Ivoire, where I was born, but they never declared my birth. My father later took me to the nearby school but they refused to enroll me because I did not have any proof of a nationality. Papers make you who you are. Without them, who are you?".

A life of isolation and exclusion for stateless children

At least one million people are stateless or at risk of statelessness in West Africa. Over half are children, all of whom suffer from not having any papers.

The factors that lead to statelessness are present in all of the countries in the region. Chief among them are gaps in laws that do not allow all children born on the territory or to parents who are citizens to acquire a nationality, even in cases where these children cannot obtain another nationality and are therefore stateless.

There are, for instance, discriminatory laws that prevent mothers from giving their nationality to their children. This is case in five West African countries, where mothers, despite having a nationality, give birth to stateless children, who are, as a result, treated like strangers without rights into their own country. Liberian mothers, for example, cannot pass on their nationality to their children if they are born abroad. Given the millions of people who fled the war during the 1990s and 2000s, the risk of statelessness in Liberia is considerable.

There are other discriminatory laws that prevent children born in a country from acquiring its nationality because of their racial or ethnic origins. Two countries in the sub-region have laws of this type, which refuse to recognize the nationality of children born on their territory on account of their race.

Statelessness in West Africa is particularly present among foundlings. Indeed the majority of countries in the sub-region do not grant nationality to children who are found on their territory, or limit the acquisition of nationality to newborns only. Communities that are especially poor and conflict-affected have high rates of abandoned children, thereby increasing the risk of statelessness.

“The presence of street children is noticeable in Senegal and, to a greater or lesser extent, in all of the countries of the sub-region” says Emmanuelle Mitte, UNHCR expert on statelessness in West Africa. “Many of these children are orphans, were abandoned or come from broken families, and do not have any information about their place of birth or about their parents. In the absence of legal measures relating to their nationality, these children are stateless”.


Another key factor that leads to statelessness among children in West Africa is related to the weaknesses inherent in the region’s civil status systems. When children are not able to establish their identity because their birth – and sometimes even the birth of their parents – was never registered, it will be difficult for them to prove that they fulfill the criteria of the nationality laws of the country in which they or their parents were born.

Birth registration rates are low in almost all of the countries in West Africa. In Liberia, for instance, only 5% of children are registered at birth; in Guinea Bissau, this rate is slightly higher, at 25%. States must ensure universal (100%) birth registration, which has been achieved by many countries throughout the world. Entire communities of migrants living in Côte d’Ivoire are neither registered in their country of origin nor in their host country. In Benin, many people living in the border zones do not have birth certificates or any other identification document.

The migration – forced or voluntary – of parents can also lead to statelessness among their children. When parents are in exile in countries where they do not speak the language or understand how the State works, they fail to register their children or do not have access to civil status services. Many children who used to be refugees and are now returning home to Côte d’Ivoire from Liberia find themselves in this situation.

States that may have a mechanism to belatedly register on their territory are not always equipped to handle the registration of births that occurred abroad. But children who cannot prove their identity, usually through a birth certificate, will often not be able to demonstrate that they fulfill the criteria laid out in the country’s nationality laws, and therefore risk spending the rest of their lives without a determined nationality.

“Statelessness among children leads to an unending cycle of isolation and exclusion” says Mitte. “In many countries in the sub-region, children who do not have a birth certificate cannot go to school, and those without a nationality certificate, or similar proof, cannot pass school exams or receive scholarships. Some countries in West Africa offer free medical services to children below a certain age. But children who do not have a birth certificate and who there cannot prove their age can find themselves excluded from these services”.


Stateless children are more frequently exposed to violence and abuse. Child protection laws, including against child labor, are not easily applicable to stateless children because they cannot easily prove their age. Unable to develop their potential, stateless children can be compelled to look for other opportunities elsewhere: without documents to travel, however, they can be subject to all kinds of abuse, including human trafficking and forced labor, which is common in West Africa.

In February 2015, the Ministers in charge of nationality issues of the Member States of the Economic Community of West African States (ECOWAS) met in Abidjan on the occasion of the regional conference on statelessness in West Africa. At the closing of the conference, which was organized by UNHCR and ECOWAS, the States adopted a Declaration on the eradication of statelessness – the Abidjan Declaration – and committed to ensuring that all children would acquire a nationality at birth and that all foundlings would obtain the nationality of the country in which they were found (article 2). They also committed to guaranteeing that all children would be declared immediately after their birth (article 6).

Get involved with UNHCR’s #iBelong campaign to eradicate statelessness, at: http://ibelong.unhcr.org.

Le texte en français:

L’enfant apatride, une vie d’isolement et d’exclusion

Au moins un million de personnes sont apatrides ou à risque d’apatridie en Afrique de l’Ouest. Plus de la moitié sont des enfants. Tous souffrent notamment de ne pas avoir de papiers.

Les facteurs de l’apatridie sont présents dans l’ensemble des pays de la région, avec tout d’abord les lacunes dans les lois qui ne permettent pas de conférer la nationalité à tous les enfants nés sur le territoire ou nés d’un ressortissant, même dans le cas où ces enfants ne peuvent obtenir aucune autre nationalité et deviendraient donc apatrides.

Il y a par exemple des lois discriminatoires qui ne permettent pas en toutes circonstances aux mères de transmettre leur nationalité à leurs enfants. Cinq pays en Afrique de l’Ouest ont des lois de ce type. Ainsi des mères, bien qu’ayant ayant une nationalité, donnent naissance à des enfants sans nationalité, avec pour conséquence que ceux-ci seront traités comme des étrangers sans droit dans leur propre pays. Les mères libériennes, par exemple, ne peuvent pas transférer leur nationalité à leurs enfants nés à l’étranger. On prend dès lors l’ampleur du risque d’apatridie avec les centaines de milliers de personnes qui ont fui les guerres au Libéria dans les années 1990 et 2000.

Il y a aussi des lois discriminatoires qui ne permettent pas à tous les enfants nés sur le territoire, sur la base de leur race ou de leur appartenance ethnique, d’obtenir une nationalité. Deux pays dans la région ont des lois de ce type, refusant l’octroi de la nationalité aux enfants nés sur leur sol sur la base leur appartenance raciale.

L’Afrique de l’Ouest est particulièrement marquée par les situations d’apatridie chez les enfants trouvés. La plupart des lois de la région n’accordent pas la nationalité aux enfants trouvés sur leur territoire, ou limitent l’acquisition de la nationalité seulement aux nouveau-nés.   Plus les communautés sont frappées par la pauvreté et les conflits, plus le nombre d’enfants abandonnés est important.

"On constate au Sénégal et dans tous les pays de la région, à des degrés divers, la présence d’enfants des rues" explique Emmanuelle Mitte, spécialiste au HCR de l'apatridie en Afrique de l'Ouest. "Parmi eux, de nombreux enfants sont en rupture familiale, abandonnés ou orphelins, et ne disposent d’aucune information sur leur lieu de leur naissance ou sur leurs parents. En l'absence de dispositions législatives concernant la nationalité de ces enfants, ils sont donc apatrides".

Un autre facteur de l’apatridie chez les enfants ouest-africains relève de la défaillance de l’état civil. Lorsque les enfants ne parviennent pas à établir leur identité, parce que leur naissance, et parfois même la naissance de leur parents, n’ont jamais été enregistrées, il leur sera difficile de prouver leur identité et de prouver qu’ils remplissent les critères de la loi de nationalité du pays dans lequel ils sont nés ou dans lequel leurs parents sont nés.

Or le taux d’enregistrement des naissances à l’état civil reste insuffisant dans presque tous les pays de l’Afrique de l’Ouest. Dans un pays comme le Libéria, seulement 5 % des enfants sont enregistrés à la naissance ; en Guinée Bissau, ce taux monte à 25%. Les Etats doivent assurer un enregistrement universel des naissances (100%) ce que de nombreux pays à travers le monde ont déjà réalisé. En Côte d’Ivoire, des communautés entières de migrants, n’ont pas été enregistrées dans leur pays d’origine et n’ont jamais enregistré leurs enfants à la naissance dans leurs pays de migration. Au Bénin, de très nombreuses personnes vivant dans les zones frontalières ne disposent pas d’extrait de naissance ni d’aucun document d’identité.

La migration des parents, volontaire ou forcée, peut enfin être un facteur entrainant l’apatridie de l’enfant. Souvent lorsque les parents sont en exil, dans des pays dont ils ne maitrisent ni la langue ni le fonctionnement, ils omettent d’enregistrer la naissance de l’enfant, ou peuvent ne pas avoir accès aux services d’état civil. De nombreux enfants, anciennement réfugiés, qui rentrent aujourd’hui du Liberia en Côte d’Ivoire sont affectés par cette situation. Les Etats, s’ils ont souvent des mécanismes pour résoudre les enregistrements tardifs de naissances ayant eu lieu sur leur territoire, ne sont pas toujours équipés pour des situations où la naissance a eu lieu à l’étranger. Or un enfant sans preuve de son identité, généralement sous la forme d’un extrait de naissance, ne pourra pas le plus souvent démontrer qu’il remplit les critères de la loi sur la nationalité, et risque de rester toute sa vie sans nationalité déterminée.

"L’apatridie entraine l’enfant dans un cycle inexorable d’isolement et d’exclusion" affirme Emmanuelle Mitte. "Dans de nombreux pays de la région, un enfant qui ne possède pas un extrait de naissance ne sera pas en mesure d’aller à l’école, tandis qu'un enfant sans certificat de nationality - ou preuve equivalente- ne sera pas en mesure de passer des examens scolaires, ni d'obtenir des bourses. Certains pays de la région offrent gratuitement des services de soins de santé aux enfants en dessous d’un certain âge. Ceux qui ne détiennent pas d’extrait de naissance peuvent se voir refuser ce service, étant dans l’incapacité de prouver leur âge".

L’enfant apatride sera davantage exposé à la violence et aux abus. Les lois protectrices de l’enfance, notamment les lois contre le travail des enfants, lui seront difficilement applicables car il sera difficile de démontrer son âge. Privé de la possibilité de développer son potentiel, l’enfant apatride peut être poussé à rechercher de nouvelles opportunités ailleurs. Privé de documentation pour voyager, il devient alors la proie de toute sorte d’abus, notamment la traite humaine, y compris le travail forcé, un phénomène répandu en Afrique de l’Ouest.

En février 2015, les ministres en charge des questions de nationalité des Etats membres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) se sont réunis à Abidjan, lors de la conférence régionale sur l’apatridie en Afrique de l’Ouest. A l’issue de cette conférence, organisée conjointement par le HCR et la CEDEAO, les Etats ont adopté une sur l’éradication de l’apatridie, dite Déclaration d’Abidjan, dans laquelle ils se sont engagés à assurer que tout enfant acquière une nationalité dès la naissance et que tous les enfants trouvés obtiennent la nationalité du pays dans lequel ils sont trouvés (Article 2). Ils se sont aussi engagés à garantir que chaque enfant soit enregistré immédiatement après sa naissance (Article 6)

Pour mettre fin à l’apatridie, engagez vous dans la campagne IBelong du HCR, http://ibelong.unhcr.org.

UNHCR condemns attack on displaced in western Chad, pledges continued help

UNHCR report reveals debilitating impact of statelessness on children