Investing in better lives and brighter futures for displaced people in the Sahel

UNHCR Mohamed Ali, Mbera Tailor

In the Central Sahel – conflict has spread from Northern to Central Mali and far into Burkina Faso and Western Niger. Around 436,000 Malians have been forced to flee, close to 90,000 into the neighboring countries of Burkina Faso, Mauritania and Niger as well as over 346,000 within Mali. The spreading insecurity has also affected zones in which Malian refugees live in countries of asylum and caused massive internal displacement in Burkina Faso and Niger. Thanks to the support of the European Union Emergency Trust Fund for Africa (EUTF), UNHCR provided support to Malian refugees, internally displaced and returnees to create livelihood opportunities to strengthen the resilience of displaced families and their host communities. In addition, investments in water, school and health infrastructure as well as other projects benefitting the displaced populations as well as host communities improved the living conditions and peaceful coexistence. Here are a few examples of how the project changed lives for displaced in the Sahel:

Burkina Faso

UNHCR Malian refugee Mahamadou and his family received 10 goats to start their herd again in Burkina Faso after they were forced to flee an armed attacked on their camp.

Dori, Burkina Faso – Mahamadou Hama, 60, had lived in Goudoubo refugee camp since 2012 after fleeing Mali with his family. In March 2020, they were forced to flee again when the camp was attacked.

“Armed men came into the camp one night, and after they had tortured a family, they summoned us to leave the area within a five-day deadline”, said Mahamadou. “We feared for our lives. So, we packed up and left the camp.”

After the attacks Government authorities strengthened the security in and around the camp and UNHCR and its partners helped refugees to voluntarily return to Goudoubo camp in December 2020. Mahamadou and his family are back and feel safe to start a new life again, but unfortunately this also means finding new ways to support themselves.

“When we came back to Goudoubo, we had no livelihood. So, I was worried about how we would survive,” Mahamadou explained. 

As part of an EUTF project to help rebuild the resilience of Malian refugees, UNHCR distributed animals to 440 vulnerable refugee families and 60 families from the host community. The assistance has helped the families restore their livestock and improve their livelihoods. “My family received 10 goats, including 8 female goats and 2 males. We are really happy and grateful, because we can breed these animals and have milk for the children,” Mahamadou said with a large smile. “And whenever necessary, we can sell out one or two goats to buy food for the family.”

Mali

UNHCR/Michele Cattani Ramatou employs 30 women in her workshop in Gao, Mali, where they hand craft traditional Malian headdresses.

Gao, Mali – Ramatou, a grandmother from Gao, is not only the head of her household, but also of a workshop where 30 displaced women hand craft the traditional headdresses worn by women as part of a Malian cultural heritage.

“Displaced or not, we, women of this group, have similar concerns and share the same solidarity and family unity values,” said Ramatou. “This project provides us with the necessary income to support our families and those of displaced women in particular, whose husbands struggle to find a job while in displacement.”

Funded by the EUTF and implemented by UNHCR and its partners, this project also continues to support women and their families, even after they’re able to return to their place of origin. For some of the women, Ramatou maintains the business partnership by sending them accessories to sell during weddings and social gatherings, and they split the revenue. And for those who acquired the skills while displaced in Gao, Ramatou sends them raw materials in their areas of return, so that they continue their trade and create accessories to sell. The economic impact of Ramatou’s workshop continues to spread through the women she has trained, benefitting families and communities throughout the region.

Niger

UNHCR/Mahamadou Soba Thanks to EUTF, the town of Abala, Niger was able to build five classrooms and canteen space to accommodate refugee ad IDP children into their school system.

Abala, Tillaberi, Niger – The village of Abala is host to 16,280 Malian refugees and internally displaced persons (IDPs) who were forced to flee their homes. This influx put a strain on local schools to find classroom places for arriving children.

“We were facing a big challenge on daily basis. Our school capacity to receive additional refugee children was low. We did not have enough classes at that time,” said Abdoulaye Mahamadou, 45, the primary school director of Abala. “We used temporary shelter as school classes (straw huts), and children were exposed to the cold wind and higher temperatures.”

Thanks to support from EUTF, UNHCR was able to build five additional classrooms to increase the reception capacity of the Abala primary school. “Thanks to that initiative, we now have three additional teachers. The attendance rate rose from 92% to 96%,” said Mahamadou.

The new classrooms and the construction of canteens for school feeding programmes have increased the attendance rate for refugee, IDP and local children in Abala, which will improve literacy rates across all communities. “Thanks to this project, there is cohabitation and collaboration between refugees and the host community. Good teaching and learning conditions have been created and restored, and we are grateful for that,” said Zoubeirou, Chief of Abala city.

Mauritania

UNHCR/Viola E. Bruttomesso With support EUTF in Mauritania, Malian refugee Tinelbaraka, 20, was able to start her own successful shop in Mbera camp, and is already saving up to expand her business.

Mbera camp, Mauritania – In Mbera Camp, the EUTF-financed project is investing in the futures and self-reliance of refugees by creating livelihoods opportunities. Through trainings and grants, these refugee entrepreneurs are able to support their families and become independent from humanitarian assistance.

Sadam, a 27-year-old refugee in Mbera camp, received cash assistance and a short business management training from UNHCR, thanks to EUTF funding. The support helped him to set up his own small business.

“I buy animals, I feed them until they grow bigger and then I resell them more expensive than the price I paid for them,” said Sadam. “This allows me to support my family.”

Tinelbaraka, a 20-year-old refugee from Mali, was given support to open a store in the camp. She has big plans for the future of her small shop and is setting aside part of her earnings to expand her business. Thanks to her entrepreneurship and support from the EUTF, she has become self-reliant.

“I chose to do this; this is my own shop,” said Tinelbaraka.

With support from EUTF, Mohamed Ali was able to open his own business in Mbera camp where he is now selling his sartorial creations thanks to the cash assistance and training provided by COOPI, UNHCR’s partner supporting refugee self-reliance through livelihoods. “No one in my family is a tailor, I learnt how to sew in Mali, then I fled to Mbera camp and I worked for other people,” said Ali. “Now I have my own business.”

UNHCR is grateful for the generous support of the EUTF, and its commitment to improving the lives of forcibly displaced people in the Sahel and around the world.

Le texte en français:

Investir dans une vie meilleure et un avenir plus radieux pour les personnes déplacées au Sahel

Dans le Sahel central, le conflit s'est étendu du nord au centre du Mali et jusqu'au Burkina Faso et à l'ouest du Niger. Environ 436 000 maliens ont été contraints de fuir, près de 90 000 vers les pays voisins du Burkina Faso, de la Mauritanie et du Niger, et plus de 346 000 à l'intérieur du Mali. L'insécurité grandissante a également touché les zones d'accueil des réfugiés maliens dans les pays d'asile et provoqué des déplacements internes massifs au Burkina Faso et au Niger. Grâce au soutien du Fonds fiduciaire d'urgence de l'Union européenne pour l'Afrique (FFUE), le HCR a apporté son soutien aux réfugiés maliens, aux déplacés internes et aux rapatriés pour créer des moyens de subsistance afin de renforcer la résilience des familles déplacées et de leurs communautés d'accueil. En outre, les investissements dans les infrastructures d'eau, scolaires et sanitaires ainsi que d'autres projets bénéficiant aux populations déplacées ainsi qu'aux communautés d'accueil ont amélioré les conditions de vie et la coexistence pacifique. Voici quelques exemples de la manière dont le projet a changé la vie des personnes déplacées au Sahel :

Burkina Faso
Mahamadou, un réfugié malien, et sa famille ont reçu 10 chèvres pour recommencer leur troupeau au Burkina Faso après avoir été forcés de fuir une attaque armée sur leur camp.
Mahamadou, un réfugié malien, et sa famille ont reçu 10 chèvres pour recommencer leur troupeau au Burkina Faso après avoir été forcés de fuir une attaque armée sur leur camp.

Dori, Burkina Faso - Mahamadou Hama, 60 ans, vivait dans le camp de réfugiés de Goudoubo depuis 2012 après avoir fui le Mali avec sa famille. En mars 2020, ils ont été contraints de fuir à nouveau lorsque le camp a été attaqué.

"Des hommes armés sont entrés dans le camp une nuit, et après avoir torturé une famille, ils nous ont sommé de quitter la zone dans un délai de cinq jours", a déclaré Mahamadou. "Nous craigions pour notre vie. Alors, nous avons fait nos bagages et nous avons quitté le camp".

Après les attaques, les autorités gouvernementales ont renforcé la sécurité à l’intérieur et autour du camp et le HCR et ses partenaires ont aidé les réfugiés à retourner volontairement au camp de Goudoubo en décembre 2020. Mahamadou et sa famille sont de retour et se sentent en sécurité pour recommencer une nouvelle vie, mais malheureusement cela signifie aussi trouver de nouveaux moyens de subvenir à leurs besoins.

"Lorsque nous sommes revenus à Goudoubo, nous n'avions aucun moyen de subsistance. J'étais donc inquiet de savoir comment nous allions survivre", explique Mahamadou.

Dans le cadre d'un projet FFUE visant à aider à renforcer la résilience des réfugiés maliens, le HCR a distribué des animaux à 440 familles de réfugiés vulnérables et à 60 familles de la communauté d'accueil. Cette aide a permis aux familles de reconstituer leur cheptel et d'améliorer leurs moyens de subsistance.

"Ma famille a reçu 10 chèvres, dont 8 femelles et 2 mâles. Nous sommes vraiment heureux et reconnaissants, car nous pouvons élever ces animaux et avoir du lait pour les enfants", a déclaré Mahamadou avec un grand sourire. "Et chaque fois que cela est nécessaire, nous pouvons vendre une ou deux chèvres pour acheter de la nourriture pour la famille".

Mali
Ramatou emploie 30 femmes dans son atelier à Gao, au Mali, où elles fabriquent à la main des coiffes traditionnelles maliennes.
Ramatou emploie 30 femmes dans son atelier à Gao, au Mali, où elles fabriquent à la main des coiffes traditionnelles maliennes.

Gao, Mali - Ramatou, une grand-mère de Gao, n'est pas seulement à la tête de son foyer, mais aussi d'un atelier où 30 femmes déplacées fabriquent à la main les coiffes traditionnelles portées par les femmes, qui font partie du patrimoine culturel malien.

"Déplacées ou non, nous, femmes de ce groupe, avons des préoccupations similaires et partageons les mêmes valeurs de solidarité et d'unité familiale", a déclaré Ramatou. "Ce projet nous apporte le revenu nécessaire pour soutenir nos familles et celles des femmes déplacées en particulier, dont les maris peinent à trouver un emploi pendant leur déplacement."

Financé par le FFUE et mis en œuvre par le HCR et ses partenaires, ce projet continue également de soutenir les femmes et leurs familles, même après qu'elles ont pu retourner dans leur lieu d'origine. Pour certaines des femmes, Ramatou maintient le partenariat commercial en leur envoyant des accessoires à vendre lors des mariages et des réunions sociales, et elles se partagent les revenus.

Et pour celles qui ont acquis des compétences alors qu'elles étaient déplacées à Gao, Ramatou leur envoie des matières premières dans leur région de retour, afin qu'elles continuent leur commerce et créent des accessoires à vendre. L'impact économique de l'atelier de Ramatou continue de se propager à travers les femmes qu'elle a formées, au bénéfice des familles et des communautés de toute la région.

Niger
Grâce au FFUE, la ville d'Abala, au Niger, a pu construire cinq salles de classe et une cantine pour accueillir les enfants réfugiés et déplacés dans son système scolaire.
Grâce au FFUE, la ville d'Abala, au Niger, a pu construire cinq salles de classe et une cantine pour accueillir les enfants réfugiés et déplacés dans son système scolaire.

Abala, Tillaberi, Niger - Le village d'Abala accueille 16 280 réfugiés maliens et personnes déplacées à l'intérieur du pays (PDI) qui ont été contraints de fuir leur foyer. Cet afflux a mis les écoles locales à rude épreuve pour trouver de la place dans les classes pour les enfants qui arrivent.

"Nous étions confrontés à un défi de taille au quotidien. La capacité de notre école à accueillir des enfants réfugiés supplémentaires était faible. Nous n'avions pas assez de classes à ce moment-là", a déclaré Abdoulaye Mahamadou, 45 ans, directeur de l'école primaire d'Abala. "Nous utilisions des abris temporaires comme classes (des paillotes), et les enfants étaient exposés au vent froid et aux températures élevées."

Grâce au soutien du FFUE, le HCR a pu construire cinq salles de classe supplémentaires pour augmenter la capacité d'accueil de l'école primaire d'Abala. "Grâce à cette initiative, nous avons maintenant trois enseignants supplémentaires. Le taux de fréquentation est passé de 92% à 96%", a déclaré Mahamadou.

Les nouvelles salles de classe et la construction de cantines pour les programmes d'alimentation scolaire ont augmenté le taux de fréquentation des enfants réfugiés, déplacés et locaux à Abala, ce qui améliorera le taux d'alphabétisation dans toutes les communautés.

"Grâce à ce projet, il y a une cohabitation et une collaboration entre les réfugiés et la communauté d'accueil. De bonnes conditions d'enseignement et d'apprentissage ont été créées et restaurées, et nous en sommes reconnaissants", a déclaré Zoubeirou, chef de la ville d'Abala.

Mauritanie
Grâce au soutien du FFUE en Mauritanie, la réfugiée malienne Tinelbaraka, 20 ans, a pu ouvrir son propre magasin dans le camp de Mbera et économise déjà pour développer son activité.
Grâce au soutien du FFUE en Mauritanie, la réfugiée malienne Tinelbaraka, 20 ans, a pu ouvrir son propre magasin dans le camp de Mbera et économise déjà pour développer son activité.

Camp de Mbera, Mauritanie - Dans le camp de Mbera, le projet financé par le FFUE investit dans l'avenir et l'autonomie des réfugiés en créant des moyens de subsistance. Grâce à des formations et des subventions, ces entrepreneurs réfugiés sont en mesure de subvenir aux besoins de leurs familles et de devenir indépendants de l'aide humanitaire.

Sadam, un réfugié de 27 ans du camp de Mbera, a reçu une aide en espèces et une courte formation en gestion d'entreprise du HCR, grâce au financement du FFUE. Ce soutien l'a aidé à créer sa propre petite entreprise.

"J'achète des animaux, je les nourris jusqu'à ce qu'ils deviennent plus gros, puis je les revends plus cher que le prix que je les ai payés", a expliqué Sadam. "Cela me permet de subvenir aux besoins de ma famille".

Tinelbaraka, une réfugiée malienne de 20 ans, a reçu un soutien pour ouvrir un magasin dans le camp. Elle a de grands projets pour l'avenir de sa petite boutique et met de côté une partie de ses revenus pour développer son activité. Grâce à son esprit entrepreneurial et au soutien du FFUE, elle est devenue autonome.

"J'ai choisi de faire cela ; c'est mon propre magasin", a déclaré Tinelbaraka.

Avec le soutien du FFUE, Mohamed Ali a pu ouvrir sa propre entreprise dans le camp de Mbera où il vend désormais ses créations vestimentaires grâce à l'aide en espèces et à la formation fournies par COOPI, le partenaire du HCR qui soutient l'autonomie des réfugiés par le biais des moyens de subsistance.

"Personne dans ma famille n'est tailleur, j'ai appris à coudre au Mali, puis j'ai fui vers le camp de Mbera et j'ai travaillé pour d'autres personnes", explique Ali. "Maintenant, j'ai ma propre entreprise".

--

Le HCR est reconnaissant pour le soutien généreux du FFUE, et de son engagement à améliorer la vie des personnes déplacées de force au Sahel et à travers le monde.

In Niger, a compass to navigate the IDP crisis

#TogetherWeHeal