In Niger, a compass to navigate the IDP crisis

Aissa, a 50-year-old displaced Nigerien, and his daughters, in their shelter in Intikane, Tahoua region
©UNHCR / Boubacar Younoussa Siddo Aissa, a 50-year-old displaced Nigerien, and his daughters, in their shelter in Intikane, Tahoua region

The number of IDPs almost doubled in the Tillaberi and Tahoua regions, located near the Malian border, during the past year. In order to provide an effective response to their needs, UNHCR works with local “protection monitors”, to support incident reporting and analysis of trends affecting the displaced population.

“In my village, on the border with Mali, armed men extorted our cattle and killed our leaders to make us leave”, explains Rissa Djibril*, a 40-year-old father of six. “I had no job at the time. The armed groups approached me to take part in the looting and crimes against the population. When I refused, they sent me death threats and also threatened to kidnap my wife and my children. I had to flee and decided to come here, in Intikane, where I can get the help of the State and UNHCR.”

Rissa arrived in the refugee hosting area of Intikane, in the Tahoua region, in December 2019. He was one of the first IDPs to settle there, alongside some 20,000 Malian refugees who were already living on the site. Today, there are 15,000 IDPs in Intikane.

Over the past year, the security situation has seriously deteriorated in the Tillaberi and Tahoua regions which border Mali and Burkina Faso. The population has faced intimidation, extortion and kidnappings due to increased attacks by Jihadists groups in the area. Several community leaders have been assassinated. As a consequence, the number of IDPs has jumped from 78,000 in late 2019 to 137,000 at the end of 2020. Nowadays, tens of thousands took refuge in places like Intikane, where they benefit from UNHCR’s support.

During the same period, armed groups have carried out attacks, increasingly encroaching into Niger’s territory.

On 31 May 2020, fifty armed men stormed Intikane, located some 70 kilometres from the Malian border. They killed two refugee leaders and a local traditional leader, destroyed the water supply system, the phone antenna and burnt warehouses.

“They were shooting just outside our door”, tells Rissa. “My wife and I grabbed our children to protect them. They saw people crying, fleeing. Even animals were running around: it was like a war movie scene.” His seven-year-old daughter, Tounfa, fell unconscious. The armed men told them to leave. The next day, Rissa and his family, as some 7,000 IDPs from this region, fled to Telemces, 25 kilometres away, where they received UNHCR’s support.

In 2020, the Agency delivered emergency shelters to 30,429 IDPs in the regions of Tillabéri and Tahoua, covering 22% of the total needs. UNHCR’s operational assistance is provided in contexts where IDPs benefit of services initially created for refugees such as food, water, health, education, cash-based interventions and vocational training. A year ago, there where almost no IDPs living close to the refugee sites. Today, almost half of them have settled on or near these sites and receive UNHCR’s assistance.

After the attack of Intikane, the Niger army deployed to secure the site, allowing refugees and IDPs to return in the following months. But for Tounfa, the trauma remains vivid: “She spends a lot of time lying down, talking to herself, fearing armed men will be coming soon for us”, tells her father. “She barely eats, often cries and shouts at night. But she sees UNHCR’s partner psychologist two or three times a week and she’s slowly getting better.”

As a protection monitor, Mohamed Youssef* goes every day to Intikane to identify cases such as Tounfa’s and refer them for adequate care. A few weeks ago, he sought psycho-social support for her after she had a panic attack. Mohamed’s job – which consists of reporting specific incidents but also trends – is crucial for UNHCR’s understanding of the very volatile situation of Intikane. “The site has been secured by the army, but the threat has not disappeared”, he explains. “An army patrol recently intercepted two armed militants on a bike who came as close as four kilometers from the site.”

UNHCR leads the protection response to the displacement crisis in Niger, coordinating the work of 66 organizations. In Tillaberi and Tahoua regions, the Agency works with a network of 47 protection monitors and two NGO partners. UNHCR also helped establish 31 community-based groups in the same regions, allowing IDPs to voice their own protection concerns. These groups report regularly on incidents, vulnerable people, children at risk and cases of sexual and gender-based violence. They help sensitize IDP communities on issues such as child protection and pacific coexistence with host communities.

The protection monitors, as well as our community-based protection network, collect very important data in order to guide our response. Protection monitors are at the forefront of the humanitarian response.”

– Alessandra Morelli, UNHCR’s Country Representative, Niger

Moustapha Nasser* monitors incidents in Ayerou, in Tillaberi region, another commune where IDPs far outnumber refugees. “Since internal displacement started in February 2018, no one has returned home”, he says. “Jihadists consider protection monitors as their enemies, since we provide information on their activity. I have received death threats and someone close to me has been assassinated in the town of Ayerou, so I had to move away. I am now an IDP myself, but thanks to my network, I can still efficiently report on what is going on there.”

Some of the field informers working with Samer Karim*, another protection monitor, also had to leave their homes under armed groups’ threats. Samer works in the Torodi department, which borders Burkina Faso. “Many IDPs are moving towards the largest urban centres where they feel better protected and where there is a humanitarian presence”, he explains.

Robust protection monitoring is crucial to shape UNHCR adequate response to Niger’s internal displacement crisis. Identifying and anticipating trends substantially contributes to UNHCR’s analysis and monitoring of the situation – and hence to inform our operational response on the ground.

*Names of have been changed for security reasons.

Protection monitoring

With the support of the European Union, UNHCR has reinforced the protection environment in conflict-affected regions in Niger throughout 2020. With the conflict expanding into the Tillaberi and Tahoua regions and armed groups being active in the Lake Chad Basin, the security situation has significantly deteriorated. As a consequence, wide-spread human rights violations, forced displacement and protection incidents are on the increase.

With the volatile security situation often making access difficult for its staff, UNHCR relies on a vast network of protection monitors working in the most remote and conflict-affected areas.

These local workers, some of whom are themselves displaced, make daily visits to families, report incidents, refer people for extra assistance and identify trends to help guide the response of the humanitarian community.

Listen to the testimonies of protection monitors in these moving podcasts:

Le texte en français:

Au Niger, une boussole pour s’orienter dans la crise des déplacés internes

Au cours de l'année 2020, le nombre de déplacés internes a presque doublé dans les régions de Tillaberi et Tahoua, situées près de la frontière avec le Mali. Afin d'apporter une réponse efficace à leurs besoins, le HCR travaille avec des " moniteurs de protection " présents sur le terrain, pour appuyer le recensement des incidents et l'analyse des tendances affectant la population déplacée.

"Dans mon village, à la frontière avec le Mali, des hommes armés ont extorqué notre bétail et tué nos chefs pour nous forcer à partir", explique Rissa Djibril*, 40 ans et père de six enfants. "Je n'avais pas de travail à l'époque. Les groupes armés m'ont demandé de participer aux pillages et aux crimes contre la population. Lorsque j'ai refusé, ils m'ont menacé de mort et ont de kidnapper ma femme et mes enfants. J'ai dû fuir et j'ai décidé de venir ici, à Intikane, où je peux obtenir l'aide de l'État et du HCR."

Rissa est arrivé dans la zone d'accueil des réfugiés d'Intikane, dans la région de Tahoua, en décembre 2019. Il était l'un des premiers déplacés internes à s'y installer, aux côtés de quelque 20 000 réfugiés maliens qui vivaient déjà sur le site. Aujourd'hui, on compte 15 000 déplacés internes à Intikane.

Au cours de l'année écoulée, la situation sécuritaire s'est gravement détériorée dans les régions de Tillaberi et de Tahoua, à la frontière avec le Mali et le Burkina Faso. Avec l'augmentation des attaques des groupes djihadistes dans la région, la population a été victime d'intimidations, d'extorsions et d'enlèvements. Plusieurs dirigeants communautaires ont été assassinés etle nombre de personnes déracinées est passé de 78 000 fin 2019 à 137 000 fin 2020. Aujourd'hui, des dizaines de milliers d'entre eux se sont réfugiés dans des endroits comme Intikane, où ils bénéficient du l’assistance du HCR.

Pendant cette période, des groupes armés ont poursuivi leurs attaques, empiétant de plus en plus sur le territoire du Niger.

Le 31 mai 2020, cinquante hommes armés ont pris d'assaut Intikane, situé à environ 70 kilomètres de la frontière malienne. Ils ont tué deux chefs réfugiés et un chef traditionnel local, détruit le système d'approvisionnement en eau, l'antenne téléphonique et brûlé des entrepôts.

"Ils tiraient juste devant notre porte", raconte Rissa. "Ma femme et moi avons attrapé nos enfants pour les mettre à l’abris. Ils ont vu des gens pleurer, fuir. Même les animaux couraient dans tous les sens : c'était comme une scène de film de guerre. " Sa fille de sept ans, Tounfa, a perdu connaissance. Les hommes armés leur ont dit de partir. Le lendemain, Rissa et sa famille, tout comme 7 000 autres personnes de cette région, ont fui vers Telemces, à 25 kilomètres de là, où le HCR les a assistés.

En 2020, le HCR a fourni des abris d'urgence à 30 429 déplacés internes dans les régions de Tillabéri et Tahoua, couvrant ainsi 22% des besoins totaux. Dans ce contexte, les déplacés internes bénéficient de services initialement mis en place pour les réfugiés, tels que la nourriture, l'eau, la santé, l'éducation, les interventions en espèces et la formation professionnelle. Il y a à peine un an, pratiquement aucun déplacée interne vivait à proximité des sites de réfugiés. Aujourd'hui, près de la moitié d'entre eux se sont installés sur ces sites ou à proximité et bénéficient de l'assistance du HCR.

Après l'attaque d'Intikane, l'armée nigérienne s'est déployée pour sécuriser le site, permettant aux réfugiés et aux personnes déplacées de revenir dans les mois suivants. Mais pour Tounfa, le traumatisme reste vif : "Elle passe beaucoup de temps allongée, à se parler toute seule, avec la crainte que des hommes armés viennent bientôt nous chercher", raconte son père. "Elle mange à peine, pleure et crie souvent la nuit. Mais deux ou trois fois par semaine, elle voit un psychologue partenaire du HCR. Elle va de mieux en mieux."

En tant que moniteur de protection, Mohamed Youssef* se rend tous les jours à Intikane pour identifier les cas comme celui de Tounfa et les orienter vers une prise en charge adéquate. Il y a quelques semaines, apres une crise de panique, il a arrangéle soutien psychosocial pour elle . Le travail de Mohamed - qui consiste à rapporter des incidents spécifiques mais aussi des tendances - est crucial pour la compréhension, par le HCR, de la situation très volatile sur place. "Le site a été sécurisé par l'armée, mais la menace n'a pas disparu", explique-t-il. "Une patrouille de l'armée a récemment intercepté deux militants armés à vélo qui s’étaient approchés jusqu'à quatre kilomètres du site."

Le HCR dirige la réponse de protection à la crise des déplacements au Niger, coordonnant le travail de 66 organisations. Dans les régions de Tillaberi et Tahoua, l'Agence travaille avec un réseau de 47 contrôleurs de protection et deux ONG partenaires. Le HCR a également contribué à la création de 31 groupes communautaires dans ces mêmes régions, permettant aux déplacés internes d'exprimer leurs propres préoccupations en matière de protection. Ces groupes rendent régulièrement compte des incidents, des personnes vulnérables, des enfants à risque et des cas de violence sexuelle et sexiste. Ils sensibilisent les communautés de déplacés internes sur des sujet comme la protection des enfants et la coexistence pacifique avec les communautés d'accueil.

"Les contrôleurs de protection, ainsi que notre réseau de protection communautaire, collectent des données très importantes afin de guider notre réponse. Les moniteurs de protection sont à l'avant-garde de la réponse humanitaire."
– Alessandra Morelli, Représentante du HCR au Niger

Moustapha Nasser* surveille les incidents à Ayerou, dans la région de Tailaberi, une autre commune où les déplacés internes sont bien plus nombreux que les réfugiés. "Depuis que les déplacements internes ont commencé en février 2018, aucun n'est rentré chez eux", dit-il. "Les djihadistes considèrent les contrôleurs de protection comme leurs ennemis, car nous fournissons des informations sur leur activité. J'ai reçu des menaces de mort et une personne proche de moi a été assassinée J'ai dû m'éloigner etje suis maintenant moi-même une personne déplacée, mais grâce à mon réseau, je peux toujours rendre compte efficacement ce qui se passe là-bas."

Certains des informateurs de terrain travaillant avec Samer Karim*, un autre contrôleur de protection, ont également dû fuir sous la menace des groupes armés. Samer travaille dans le département de Torodi, à la frontière avec le Burkina Faso. "De nombreuses personnes déplacées se dirigent vers centres urbains plus grands, où elles se sentent mieux protégées et où il y a une présence humanitaire", explique-t-il.

Un suivi rigoureux de la protection est crucial pour façonner une réponse adéquate du HCR à la crise des déplacements internes au Niger. L'identification et l'anticipation des tendances contribuent de manière substantielle à l'analyse et au suivi de la situation par le HCR - et donc à informer notre réponse opérationnelle sur le terrain.

*Les noms ont été modifiés

Podcast

Avec l’appui de l’Union européenne, le HCR a, en 2020, renforce l’environnement de protection dans les régions du Niger affectées par le conflit. Au cours de l’année, la situation sécuritaire s’y est aggravé de manière significative, en raison de l’extension de la violence dans les régions de Tillabéri et Tahoua et de l’activité des groupes armes dans le bassin du Lac Tchad avec pour conséquence l’augmentation des violations des droits humains, du déplacement forcé et des incidents de protection.

La situation sécuritaire volatile rend particulièrement difficile l’accès à ces régions pour le personnel du HCR. Le HCR s’appuie sur un vaste réseau de moniteurs de protection permet de couvrir les zones les plus reculées ou au cœur du conflit.

Ces moniteurs de protection sont de la région, eux-mêmes parfois déracinés par ces mêmes violences dont ils rendent compte. Ils rendent visite quotidiennement aux familles déplacées, notent les détails des incidents, réfèrent les déplacés vers l’assistance nécessaire et identifient les tendances qui permettent d’orienter la réponse humanitaire.

Ecoutez les témoignages poignants de 3 de ces moniteurs, sur ce en quoi consiste leur travail, quelle est la situation et ce qui les a le plus frappé :

« Quand je sens la reconnaissance et le respect dans le regard de la population, vraiment, ça me rend fier voyez-vous. Toute la communauté des déplacés me connaît et ça aussi ça me rend vraiment très fier. Et les gens avec qui je parle savent que je suis en train de donner le meilleur de moi-même pour cette communauté de déplacés forcés qui vivent en situation précaire mais qui, quand ils me voient, me donnent le sourire. »

« Dès qu’on nous appelle pour nous dire « voilà, il y a eu des exactions, tel incident dans tel village », nous nous mettons en veille pour savoir si suite à ce qui vient de se passer il y a eu un mouvement de population ou pas, et s’il a eu lieu, vers quelle zone ? Nous allons essayer de suivre en temps réel tout ce qui se passe suite à cet incident. »

« Chaque jour, nous rencontrons des personnes à besoin spécifique. Ce sont par exemple les malades, les handicapés. Nous allons essayer de vérifier quels sont les acteurs humanitaires qui interviennent de manière spécifique dans la prise en charge du cas nous venons de détecter [et] nous faisons le référencement : « vous qui intervenez dans tel domaine, voilà un cas qui peut vous intéresser. » Quand nous finissons avec cette étape nous essayons également de faire le suivi, de maintenir le contact pour avoir une idée claire du cas référé : a-t-il été pris en charge ? Sinon pourquoi ? »

Ecouter le témoignage

« Je suis moniteur de protection ; ça porte sur les incidents : enlèvements, assassinats, quand des écoles sont attaquées, quand on les brûle, quand on attaque des [centres de sante], on les brûle. Et en dehors des incidents on suit les mouvements de population. »

« Les groupes armés ont des informateurs au niveau de chaque localité. Ils sont informés de tout ce qui se passe. Vous devez dissimuler notre identité, ne jamais montrer que vous êtes moniteur. Quand on se croise on ne se salue pas : vous faîtes comme si vous ne vous connaissiez pas. C’est vraiment dangereux. Il faut faire attention, cacher son profil. Mais ça reste un métier vraiment dangereux. »

Ecouter le témoignage

« Notre travail, c’est de mener des enquêtes rapides. Nous suivons les déplacés dans leurs mouvements, nous enregistrons leurs contraintes, leurs besoins et tout ce qu’ils ont subi. Nous transmettons l’information aux structures en mesure de les aider en termes d’assistance alimentaire, de santé. On ne fait que rapporter les faits : dire qui a fait quoi, ce n’est pas notre travail. Il faut vraiment être neutre et se focaliser sur les activités et les incidents. »

Ecouter le témoignage

In Cameroon, cash assistance gives more than a lifeline for Central African refugees

Investing in better lives and brighter futures for displaced people in the Sahel