In eastern Cameroon, refugees integrate society through its economy

As security conditions in Central African Republic have not abated, burying any hopes for return in the near future, refugees are shedding their dependence on continuously decreasing humanitarian aid

Cameroon hosts close to 350,000 refugees who had fled violence in Nigeria and the Central African Republic (CAR). About 250,000 Central Africans are settled in the country since 2014; most are hosted by local populations. Four years after the emergency began, security conditions in the CAR have not abated, burying any hopes for return in the near future. For these populations, shedding their dependence on continuously decreasing humanitarian aid is paramount.

 

Startled birds fly away in a rush as Baba and Abo make their way through the dense, humid forest, dead leaves cracking under their footsteps. The forest resounds with their laughter which pierces ambient birdsong. To get this far, they have driven and walked a considerable distance through the forest. In front of them stands a fence made of dead branches, which delimits their land. Each tree that grows across this isolated, 8 hectare plot of land holds the promise of a prosperous future.

Baba and Abo’s story is unusual. Almost 20 years ago, Abo, a Cameroonian national, met Baba in the locality of Nola, in south-eastern CAR, where he was presiding as the mayor. At the time, before war had devastated the region and forced Baba to flee, both men worked in the diamond mining industry.

“Life was beautiful for me then, but when conflict broke out between the anti-balaka and Séléka militia, I was decided not to fight. In 2014, we fled with 10 of my children by motorbike, leaving almost everything behind. Thankfully, when we arrived at the Cameroonian border, my friend Abo was there to greet us”, recalls Baba.

Like hundreds of thousands of other Central African refugees, Baba lost everything when he fled, but he kept his entrepreneurial mettle. It’s hard to imagine what could stop him from rebuilding his life here, where he was welcomed with such generosity. Baba and Abo have, with the help of their cooperative, which regroups 13 Cameroonian and Central African associates, set up a chicken coop, a small stock-breeding site and even a grocery store in the small village of Nyabodan, which is close to Yokadouma, a town that borders the CAR where more than 5,000 people live, including 1,200 refugees.

Those fleeing CAR’s war have been arriving continuously into eastern Cameroon since 2014 and most have been living with host communities.

Although the newly acquired land is not yet ready for use, it is easy to appreciate the opportunities offered by this environment. Everything can grow here, including bananas, pineapples, chili, papaya and corn. All that is missing is human intervention. By the sweat of their brow, both men have already established a small camp site,which is guarded by an eager and zealous puppy. “This will be beautiful” marvels Abo as he picks a ripe papaya.

This venture started from almost nothing : 500 chicks acquired thanks to financing from the FAO, which lead to the founding of the cooperative, which is supported by UNHCR, the UN Refugee Agency, and its partners, such as Catholic Relief Services (CRS).

Towards self-sufficiency

Further north, five or six hours from here, knee deep in mud, Bakara works with determined constancy. One after the other, his feet sink into the wet mud he knead under the baking sun.

Bakara is a 32 year old father of five, and a refugee from Berberati in the CAR; he works relentlessly in difficult conditions. Bakara was previously a butcher who transitioned into to a more lucrative activity. The man’s body is shaped by this hard labour and he has earned a good reputation at the Lolo refugee site, in eastern Cameroon.

The fruit of his work is visible across the site, where emergency shelters that were initially constructed using tarpaulins, are gradually being converted to more durable dwellings, made from terracotta bricks.

Alongside 250,000 of his compatriots who fled violence in the CAR, it is in this peaceful region of Cameroon that he sought refuge, as did his neighbour Aladji, another entrepreneur and refugee, who is intent on regaining the estate war has taken from him.

“In Dinguiri, I was a farmer and I owned a hundred houses. When I was forced to flee, I left with less than 300 Francs CFA. I lost everything”, he says smiling, surrounded by two of his 13 children.

Once he had crossed the border, the farmer didn’t spare a moment: “I was lucky because my Cameroonian brothers put their trust in me and gave me 32 hectares of land to work on. Three days after seeking refuge, I was already working”.

Aladji exhibits his small hangar with pride, where tens of large bags sit, full to the brim with corn. Some of these are even going to be sent to Yaoundé, Cameroon’s capital.

In his host community, where he now employs 24 people, 9 of whom are Cameroonian, there is no doubt among the inhabitants that vouching for him was the right thing to do. This adventure is far from being over: he is currently looking to purchase tractors, which will enable him to expand his activities.

The economy as a driving force behind coexistence

For UNHCR’s partner CRS, one of whom’s main activities consists in fostering social cohesion and appeasing conflicts between host communities and refugees, this story is seen as a victory.

The NGO has committed itself to establishing numerous conflict management mechanisms : “We have observed a considerable decrease in the number of conflicts between both populations over the past year, even if friction still occurs owing to an insufficient number of water points”, explains Joele Kwembi, a project assistant at CRS.

Similarly for the two partners of Yokadouma, their business is first and foremost a model for social cohesion. In fact, the town’s ex-notary lends his services to the community. As president of the refugee committee, he regularly hosts discussions with men, women, youths and children to assess the situation, resolve conflicts and ensure refugees, host populations and refugees live together in harmony.

This is frequently a fear felt by local populations. If they are the first responders, the arrival of a great number of refugees with nothing in their possession can always become a source of conflict: “Previously, there was a lack of trust between us. Local populations worried we were here to disrupt their lives. Little by little, this problem went away thanks to cohesion efforts”, explains a 40 year old mother during one of these reunions. “Now we can even work together”, says another in a cheerful tone, before Baba concludes by saying “and even find love?” causing all the participants laugh.

Among those best placed to testify to this is 25 year old Moussa. This young man from Berberati arrived on his own in 2014. Dressed in a Cameroonian football jersey which depicts the “Lions indomptables“, the Untameable Lions of the national team, he timidly evokes the day he first met 21 year old Alima, who is sat next to him. Having met on the side of the road that leads to Mbilé, where they now live, after marrying according to the custom.

Alima is even shyer than her young husband. She wears a vividly coloured dress and a delicate pink veil, holding on her knees Mancia Oumi, the couple’s infant daughter.

Nevertheless, life isn’t easy for this couple, who depend entirely on humanitarian aid and who have very few resources. Despite success stories that exist across the various refugee sites, most of the population – mostly youths – remains idle.

Towards autonomy

The challenge of making refugees self-sustainable is key among those facing humanitarian actors and the Cameroonian Government : as conditions in the CAR are not yet conducive for refugees to return, emergency operations make way for projects aiming to ensure affected populations become autonomous. The latter seek work or training wherever they can find it. To address these needs,  NGOs such as CRS provide training in the following areas, among others: hair dressing, sewing, driving and mechanics.

However, the amount of funding available is decreasing, especially in so far as food aid is concerned where there were additional cuts in early 2017: four years after the first wave of the emergency, standard food rations have been cut by half and the number of beneficiaries has as well.

According to Johannes Zech, in charge of transitioning from humanitarian to development activities at UNHCR, “further reductions in humanitarian aid will contribute to fragilizing reception zones in Cameroon and worsening already existing vulnerabilities of local populations and refugees. This is why UNHCR and the World Bank are developing a plan to support the State’s basic ability to provide basic services, in order for it to be able to assist all populations without prioritizing one group over another” he says. “This plan falls within a global approach that seeks to facilitate the transition between humanitarian response and development by reinforcing pre-existing public structures and enabling the socio-economic inclusion of refugees”.

The goal is to progressively replace aid provided to refugees with support for municipalities, enabling them to assist the entire population of refugees and Cameroonian citizens alike. Those regions of Cameroon hosting refugees are also the poorest in the country, and their populations are as vulnerable as the refugees are. For Johannes Zech, “by supporting the State to help provide equal services to all and assisting Baba, Abo and Bakara in their work, UNHCR and humanitarian actors hope to contribute to equalizing the playing field and transforming this crisis into an opportunity for all”.

 

(translated & edited by Ulysses Grant)

Le texte en français:

A l’est du Cameroun, les réfugiés centrafricains s’intègrent par l’économie

Au mois de janvier, le Cameroun accueillait près de 350 000 réfugiés fuyant les violences au Nigéria et en République centrafricaine. Près de 250 000 Centrafricains vivent l’est du pays depuis 2014, pour la plupart au sein de communautés d’accueil. Quatre ans après l’urgence, les violences continuent de sévir dans le pays voisin, interdisant pour l’instant tout espoir de retour à ces populations, qui cherchent à ne plus dépendre d’une aide humanitaire de plus en plus faible.

 

Au cœur de la forêt humide, quelques oiseaux fuient à l’approche de Baba et Abo, dont la marche régulière fait craquer les feuilles mortes. Leurs rires puissants font concurrence aux sifflements des oiseaux qui les entourent. Pour y parvenir, il a fallu rouler longtemps à travers la forêt, puis laisser le solide véhicule tout-terrain pour continuer à pieds jusqu’à ce qu’apparaisse une clôture faite de branches mortes : celle ci marque la limite de leur terrain. Huit hectares de terre au milieu de nulle part, dont chaque arbre représente un avenir prospère pour les deux amis.

L’histoire de Baba et Abo est singulière. Il y a près de 20 ans, le Camerounais Abo avait rencontré Baba dans son fief de Nola, au sud-est de la République centrafricaine. A l’époque, les deux hommes travaillaient sur des exploitations de diamants. C’était avant que la guerre ne ravage la région, et que Baba ne soit contraint de fuir la petite ville dont il était le maire.

« La vie était belle pour moi. Mais lorsque le conflit est arrivé entre les groupes armés anti-balaka et Séléka, j’ai simplement dit +Je ne veux pas me battre+. Alors en 2014 nous avons fui avec dix de mes enfants, et pris la route sur des motos en emmenant presque rien avec nous. Heureusement, lorsque nous sommes arrivés à la frontière camerounaise, mon ami Abo était là pour nous accueillir », se souvient Baba.

Comme plusieurs centaines de milliers d’autres réfugiés Centrafricains, Baba a tout perdu dans sa fuite. Mais c’était sans compter sur sa détermination d’entrepreneur. D’ailleurs lorsqu’on l’écoute converser avec son ami d’un ton enjoué, on peine à imaginer ce qui pourra l’empêcher de reconstruire sa vie ici, sur la terre qu’il l’a accueilli avec tant de générosité. Avec leur petite coopérative, qui regroupe 13 associés camerounais et centrafricains, ils ont déjà mis sur pied un poulailler, un petit élevage et même une boutique d’alimentation dans le petit village de Nyabodan situé non loin de Yokadouma, ville frontalière de la République centrafricaine de plus de 5 000 habitants dont 1 200 réfugiés.

Depuis les premières violences en 2014, les naufragés de la guerre continuent à affluer ici comme dans plusieurs autres localités de l’est camerounais, vivant pour la plus grande majorité au sein de leur communauté d’accueil.

Et puis il y a ce morceau de terre, qu’ils ont acquis récemment. Rien n’est vraiment organisé encore, mais à les suivre, on comprend vite le potentiel que leur offre la forêt : bananes, ananas, piments, papaye, maïs - tout pousse ici. Ne manque que la main humaine  pour organiser un peu les choses. A la force du poignet, les deux hommes ont déjà monté un petit campement sur lequel veille un chiot plein d’énergie. « Ce sera beau », s’extasie Abo en faisant tomber de son arbre une papaye bien mûre.

Tout cette aventure a pourtant démarré avec peu de choses : 500 poussins acquis grâce à un financement de la FAO qui a donné naissance à cette petite coopérative soutenue par le HCR et ses partenaires, tels que Catholic Relief Services (CRS).

Vers l’auto-suffisance

En allant vers le nord, à cinq ou six heures de route de là, enfoncé dans la boue jusqu’aux mollets, Bakara bat la mesure. L’un après l’autre, ses pieds s’enfoncent dans la terre humide qu’il malaxe sous un soleil de plomb. Tout autour de lui des centaines de briques sèchent au soleil.

A 32 ans, ce père de cinq enfants, réfugié originaire de Berberati en République centrafricaine travaille sans relâche dans des conditions difficiles. Ancien boucher, il s’est reconverti dans cette activité lucrative. Les muscles sculptés par le dur labeur, et il a acquis à la force des bras la réputation d’être un entrepreneur prospère sur le site de réfugiés de Lolo, situé à l’est du Cameroun.

Le fruit de son travail est visible sur le site, où les abris d’urgence, initialement faits de bâches en plastique, se transforment peu à peu en logements plus durables construits à base de briques en terre cuite.

Comme près de 250 000 de ses compatriotes fuyant les violences en République centrafricaine, c’est dans cette région paisible du Cameroun qu’il a trouvé refuge voici quatre ans déjà, tout comme son voisin Aladji, un autre entrepreneur réfugié, bien décidé à retrouver le patrimoine que la guerre lui a volé.

« Chez moi à Dinguiri, j’étais un cultivateur très aisé et je possédais une centaine de maisons. Mais lorsque j’ai dû fuir, je suis parti avec à peine 300 Francs CFA sur moi. J’avais tout perdu », raconte t-il sans cesser de sourire, entouré de deux de ses 13 enfants.

Lorsqu’il est arrivé de l’autre côté de la frontière, l’agriculteur n’a pas perdu un seul instant : « J’ai eu de la chance, car mes frères camerounais m’ont fait confiance et ont mis 32 hectares de terre à ma disposition. Trois jours après avoir trouvé refuge, je travaillais déjà ».

C’est avec fierté qu’Aladji montre son petit hangar, où trônent des dizaines de grands sacs pleins à ras bord de grains de maïs, dont certains sont même destinés à Yaoundé, la capitale camerounaise.

Dans la communauté hôte qui lui a fait confiance, personne ne regrette d’avoir misé sur l’agriculteur qui emploie désormais 24 personnes, dont neuf Camerounais. Une aventure qui ne devrait pas s’arrêter là : désormais, le voici en quête de tracteurs qui lui permettront d’étendre encore son activité.

L’économie, moteur du vivre ensemble.

Pour CRS, partenaire du HCR dont l’une des principales activités consiste à favoriser la cohésion sociale et à apaiser les conflits qui peuvent se créer entre communauté hôte et réfugiés, cette histoire sonne comme une petite victoire.

L’ONG s’est attelée à mettre en place de nombreux mécanismes de gestion des conflits : « depuis un an, nous avons observé une baisse considérable des conflits entre les deux populations, même s’il existe toujours des frictions autour des points d’eau qui demeurent insuffisants »,  explique Joelle Kwembi, assistante de projet de CRS.

Pour les deux compères de Yokadouma également, ce business est surtout un modèle de cohésion sociale. D’ailleurs, l’ancien notable met encore son talent au service de sa communauté. En tant que président du comité des réfugiés, il anime régulièrement des discussions tantôt avec les hommes, avec les femmes ou les jeunes afin de prendre le pouls, de résoudre d’éventuels conflits et de s’assurer que réfugiés et populations hôtes vivent ensemble dans l’harmonie.

Car c’est bien souvent l’inquiétude qui anime les populations locales. Si celles-ci sont toujours les premiers acteurs humanitaires, l’arrivée d’un grand nombre de réfugiés manquant de tout peut toujours devenir source de conflits: « Auparavant il y avait un manque de confiance entre nous. Ils craignaient que nous venions les bousculer sur leurs propres terres. Mais peu à peu, avec la cohésion, cela s’est réglé », explique une mère de famille d’une quarantaine d’année lors de l’une de ces réunions. « Maintenant nous pouvons même travailler ensemble », se réjouit une autre, avant que Baba ne conclut, dans un fou rire général: « et même trouver l’amour n’est-ce pas ? ».

Qui mieux que Moussa, 25 ans, pour en témoigner ? Ce jeune homme originaire de Berberati est arrivé seul en 2014. Arborant un maillot de football aux couleurs des Lions indomptables, l’équipe nationale camerounaise, il évoque avec beaucoup de timidité le jour où il a croisé le regard d’Alima, 21 ans, assise à coté de lui. Ces deux là se sont rencontrés sur le bord de la route qui mène au site de Mbilé, où ils vivent ensemble désormais, après s’être mariés à la coutume.

Alima est plus timide encore que son jeune époux. Vêtue d’une robe aux couleurs vives et coiffée d’un léger voile rose, elle tient sur ses genoux la petite Mancia Oumi, leur fille.

Toutefois la vie n’est pas facile pour le couple, sans ressource et qui dépend de l’aide humanitaire. Car malgré les « success stories » que l’on peut rencontrer sur les différents sites de réfugiés, l’essentiel de la population –dont une grande majorité de jeunes- reste désœuvrée.

Vers l'autonomie

Le défi de l’autonomie des réfugiés préoccupe les acteurs humanitaires et le gouvernement camerounais : alors que la situation en République centrafricaine ne permettent pas d’envisager un retour immédiat pour les réfugiés, l’opération d’urgence laisse désormais place à des projets visant à l’autonomisation de ces populations qui guettent la moindre opportunité de travail ou de formation. Comme celles prodiguées par CRS :  coiffure, couture, conduite, mécanique…

Or, les fonds commencent à manquer, en particulier s'agissant de l'aide alimentaire qui a encore diminué début 2017 : quatre ans après la première urgence, la ration standard distribuée aux réfugiés a diminué de moitié, et le nombre de bénéficiaires a été coupé en deux.

Selon Johannes Zech, chargé au HCR de la transition de l’humanitaire vers le développement, « la réduction à venir de l’aide humanitaire va contribuer à la fragilisation des zones d’accueil au Cameroun et aggraver des vulnérabilités des populations locales et réfugiées. C'est la raison pour laquelle le HCR et la banque mondiale sont en train d'élaborer un plan pour soutenir les services sociaux de base de l'Etat, afin qu'ilspuisse prendre en charge toute la population sans discrimination » précise-t-il. « Ce plan s'inscrit dans une approche globale qui vise à faciliter la transition entre réponse humanitaire et développement en renforçant les structures publiques existantes et en promouvant l’inclusion socio-économique des réfugiés”.

Il s'agit de remplacer progressivement l'aide principalement donnée aux réfugiés par un appui aux communes pour que celles-ci puissent prendre en charge toute la population, réfugiés et citoyens camerounais. Car les régions du Cameroun qui accueillent le plus de réfugiés sont également les plus défavorisées du pays, dont les populations sont souvent aussi vulnérables que les réfugiés. Pour Johannes Zech, « en soutenant l'Etat pour qu'il offre les même services à tous, et en appuyant des initiatives comme celles de Baba, d'Abo ou de Bakara, le HCR et les acteurs humanitaires espèrent contribuer équilibrer la balance, et transformer la crise en opportunité pour tous ».

West Africa is on track to eradicate statelessness by 2024