Cameroon: Around Minawao refugee camp, you can’t see the forest for the trees

In Cameroon’s Extreme North region, where over 58,000 Nigerian refugees are hosted, UNHCR and its partners are launching an innovative reforestation programme

In Cameroon’s Extreme North region, the arrival of tens of thousands of Nigerian refugees has had an impact on an already fragile environment. In one of the country’s poorest regions what little woodland area there is surrounding Minawao refugee camp has been used to provide for the needs of those fleeing violence, which in turn, has accelerated the desertification.

UNHCR, the UN Refugee Agency, and its partners, the Land Life Company and the Lutheran World Federation, have launched an innovative reforestation project and are searching for durable solutions to address the overexploitation of the forest for firewood.


“Do you see all around you? It used to be a forest”, says Job Ngaroit pointing to the hectares of plains that surround him. Job is a project manager at the Lutheran World Federation (LWF) who coordinates an unprecedented reforestation project with UNHCR, the UN refugee agency. At his feet, thousands of small plastic bags full of clay are arranged on the ground: each contains a sapling that has just emerged from the soil, which is fed by a small stream of water that trickles below.

By the end of the short-lived dry season, Cameroon’s Mayo Tsanaga department, which is located in the country’s Far North region, is more beautiful than ever. Terracotta huts form numerous small villages, and all around, verdant hills overlook the plains. It is here that the cows graze, and that millet, sorghum and groundnut grow silently.

It is hard to believe that such a peaceful picture is the setting for one of the continent’s biggest refugee crises. From the departmental capital of Mokolo, it takes only one hour to travel to Minawao camp, where more than 58,000 refugees who fled neighbouring Nigeria are settled and have found shelter.


A land of hospitality, vanishing

Nigerians fleeing Boko Haram began to arrive in May 2013, in a landscape that is now unrecognisable owing to the disappearance of many of its forests and “mayos” (rivers and streams). Key among the causes of this transformation is the rise in temperature brought about by climate change.

In a region that suffers from desertification, “the arrival of the refugees has had a huge impact on the environment in the immediate area surrounding Minawao, and has put a lot of pressure on the availability of natural resources” says Job. “This land used to be a forest reserve, but the refugees have had to cut a lot of the trees for firewood, which has generated tensions with local populations”. In the context of the reforestation project over the next two years, it is projected that almost 200,000 trees will be planted around the site of Minawao and in those neighbouring villages that suffer most from the impact of desertification.

Crouched on the floor, a dozen volunteers tend to young acacias, moringas, neem trees and Leucaenas. These plants have been chosen to fit the context and the needs that have arisen. Some provide food for the population and for cattle, others can be used as firewood, while others still have medicinal properties.


Protecting humans and nature.

“These plants have numerous properties, especially the Leucaena, the roots of which compress the soil and prevent erosion. Its leaves also provide many valuable nutrients to the soil when they decompose”, emphasizes Job, who sees in this project more than a simple environmental operation: “this is an approach that will pacify tensions and serve to avoid some of the violence perpetrated against refugees living here. As the forest recedes, women have to travel further and further to find wood, alone, and are often exposed to assault.

The over exploitation of wood, as well as the risks taken by women during their long walks in the forest are a huge concern for Job, who is trying to find solutions. It is with a certain amount of pride that he reveals one of the ways he has found to address the problem: a small black brick called a briquette which has the appearance of charcoal. This biological combustible is produced from natural waste ranging from groundnut shells to dry grass or plants, and had the potential of drastically changing the life of Minawao’s women for the better. Briquettes are non-polluting, slow-burning and emit very little smoke, especially when they are used in eco-friendly stoves such as those provided by UNHCR.

For the time being, the product is being test-produced: a group of about fifty refugees are trying their hand at making enough to create a small business and to generalize its use.

“You need to understand the potential of these briquettes: they represent more security, reduced wood chopping, gained physical energy, better cooked food, and in the future, they will even be a source of income for some of the refugees. – Try this!” says Job with enthusiasm, blowing on a freshly cooked “test” potato.


Refugees contributing to local development.

Of course, those initiative don’t only benefit refugees. Many of the villages surrounding the camp as well as hosting communities also stand to gain from the construction of schools, maternity wards, health centres, bore holes, water and sanitation infrastructure and reforestation.

“More and more, we take the opportunity to create sustainable structures to benefit the host communities, even after the refugees have returned home. When the situation in their country of origin becomes favourable, many will return voluntarily and with dignity, leaving behind a more developed village,” says Mamady Fatta Kourouma, Chief of UNHCR’s office in Maroua, adding “our role is also to assist this generous and welcoming population”.

To see this, one only needs to go to Gawar, a village located next to the refugee site. This is the home of His Majesty Ousmane Oumar, Chief of the Gawar canton, which hosts the Nigerian refugees. As they approach his house, the reforestation teams can already hear the sound of traditional drums and women ululating. Standing between two armed guards dressed in long coloured tunics, His Majesty awaits his visitors.

Behind his house, is yet another recently installed plant nursery, at which the patriarch looks with satisfaction: “Before the establishment of Minawao camp, I was consulted. I said: if these people want to come and live in peace with us, why should we refuse? Since they have settled, we have lived in harmony, even if the environment has been destroyed. But with the reforestation programme, many things will change”, says the old man in Foulfoulbé.

By the end of the afternoon, the volunteers – both refugees and local villagers – leave the nurseries, as rain drops start to fall. These are the last of the season. Soon, despite the climate becoming harsher, the forest will grow and hopefully return to its former splendour, thanks to a new technology used by UNHCR’s partner, the Land Life Company, which makes use of biological cocoons, with a view to breathing green life back into in Minawao and the region at large…


(translated & edited by Ulysses Grant)

Le texte en français:

Cameroun : le site de réfugiés qui cache la forêt

Dans l'Extrême nord du Cameroun, où vivent plus de 58 000 réfugiés nigérians, le HCR et ses partenaires ont lancé un programme inédit de reforestation

A l'Extrême nord du Cameroun, l'arrivée de dizaines de milliers de réfugiés nigérians a été synonyme de pression sur un environnement déjà fragile. Dans cette région - l'une des plus pauvres du Cameroun-, ce coût environnemental a également un fort impact économique pour les populations locales.  Les rares zones forestières entourant le site de réfugiés de Minawao ont été rudement mises à l'épreuve pour satisfaire les besoins de ces populations, accélérant la désertification de la région. 

Face à ce drame écologique, le HCR et ses partenaires Land Life Company et la Fédération luthérienne mondiale ont décidé de se lancer dans un programme inédit de reforestation, tout en cherchant des solutions alternatives à la coupe du bois de chauffe.

« Vous voyez toute cette plaine ? Avant, c’était la forêt », explique Job Ngaroit, en désignant du doigt la nature environnante. Tout autour de lui, s’étendent des hectares de plaine, et à ses pieds, des milliers de petits sachets remplis de terre desquels de petites pousses commencent à poindre, nourries par l’eau d’une petite rivière qui se faufile en contrebas.

En cette fin de saison, le département du Mayo Tsanaga, situé à l’extrême nord du Cameroun, est plus beau que jamais. Ses petits villages sont faits de cases en terre cuite, surmontés de toitures de paille. Tout autour, s’étendent d’immenses plaines surplombées de collines verdoyantes. C’est là que paissent les troupeaux de bœufs, et que pousse en silence le mil, le sorgho ou l’arachide.

En circulant dans un panorama si paisible, on peine à croire que non loin de là sévit l’une des grandes crises du continent africain. De Mokolo, le chef-lieu du département, il suffit de conduire une petite heure pour arriver au site de Minawao, où vivent plus de 58 000 réfugiés venus du Nigéria voisin.

Une terre d’accueil qui s’efface.

Fuyant les exactions de Boko Haram, ils ont commencé à affluer dans la région à partir de mai 2013, pour s’installer dans ce qui était encore à l’époque une forêt parcourue de « mayos », comme on appelle ici rivières et cours d’eau. Depuis quelques années, leur niveau a considérablement baissé sous l’effet du changement climatique.

Mais dans une région déjà menacée de désertification, « l’arrivée des réfugiés a eu un impact considérable sur l’environnement à la lisière du site, et a mis beaucoup de pression sur la nature. Ici, avant, c’était une réserve forestière, mais les réfugiés ont dû beaucoup couper pour se procurer du bois de chauffe, ce qui a par ailleurs généré certains conflits avec les populations locales », explique Job, qui coordonne avec le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, et la Fédération luthérienne mondiale  (FLM) un projet inédit de reboisement dans la région : sur les deux prochaines années, ce sont environ 200 000 arbres qui seront plantés autour du camp de Minawao et dans les villages avoisinants qui souffrent eux aussi de la désertification de la région, synonyme d’une hausse considérable du prix du bois et des aliments, dans une région qui figure déjà parmi les plus pauvres du Cameroun.

Le dos courbé, une dizaine de volontaires prennent soin des jeunes pousses d’acacias, de moringas, d’azadirachta, de leucaena : les espèces qui commencent à pousser discrètement dans les enclos de la LWF ont été choisies pour coller à l’environnement : certains offrent des feuilles et des fruits pour nourrir les bêtes, d’autres produisent beaucoup de bois utile pour le feu, d’autres encore nourrissent et soignent les Humains.

Protéger les Hommes et la nature.

« Les espèces que nous plantons ici ont de nombreuses vertus, notamment le leuceaena dont les racines compactent le sol et évitent les phénomènes d’érosion. Ses feuilles sont également très nourrissantes pour la terre », souligne Job, qui voit en ces pousses bien plus qu’une simple opération environnementale : «  C’est une démarche qui va apaiser les tensions et même éviter certaines violences à l’encontre des réfugiés qui vivent ici. Avec la forêt qui recule, les femmes doivent se rendre seule de plus en plus loin pour trouver du bois, s’exposant à de nombreuses agressions ».

La coupe abusive du bois, tout comme les risques encourus par les femmes du camp lors de leurs longues marches dans la forêt, ce sont les deux préoccupations auxquelles Job essaie de trouver une solution. Et c’est avec une certaine fierté qu’il montre à qui veut le voir l’une des réponses qu’il a trouvé à ce casse-tête : une petite briquette noire, ressemblant à du charbon, et qui tient dans le creux de la main. Fabriqué à base de déchets d’arachides, de lianes et d’herbe sèche, ce combustible écologique devrait changer radicalement la vie des femmes de Minawao : non polluante, la briquette n’émet que très peu de fumée, ne salit pas les casseroles et surtout, se consume très lentement, en particulier lorsqu’elle est utilisée dans des cuiseurs écologiques d’un genre nouveau que le HCR a déjà commencé à distribuer.

Pour l’instant, sa fabrication est encore en phase de test : une cinquantaine de réfugiées se font la main dans un coin du camp, avec pour objectif dans l’avenir de produire suffisamment pour pouvoir en faire commerce et généraliser son utilisation.

« Il faut comprendre le potentiel de ces briquettes : c’est plus de sécurité, moins de coupe de bois, moins de fatigue, des aliments mieux cuits, et à l’avenir ce sera même une source de revenu pour certaines populations du camp. Goûtez-moi ça ! », s’enthousiasme Job en soufflant sur une pomme de terre « test », tout juste cuite.

Des réfugiés qui contribuent au développement de la région.

Ces initiatives d’un genre nouveau ne bénéficient pas qu’aux populations réfugiées. Les nombreux villages qui bordent le camp y gagnent aussi ainsi que les villages accueillant les réfugiés hors camp : avec l’arrivée massive des acteurs humanitaires, ce sont également des écoles, une maternité, des services de santé, des forages, le reboisement, la formation professionnelle, un système d’adduction d’eau qui participent au développement des localités d’accueil.

« De plus en plus, dans ce genre d’opération, nous saisissons l’occasion pour créer des structures durables, qui seront au bénéfice des populations d’accueil locales bien après que les réfugiés ne soient rentrés chez eux. Lorsque la situation sécuritaire dans leur pays d’origine sera favorable, ils repartiront avec leur propre consentement et dans la dignité en laissant derrière eux un village plus développé. La communauté d’accueil bénéficiera de toutes les infrastructures communautaires ainsi que toutes autres infrastructures sociales. Notre rôle c’est aussi d’assister cette population hôte généreuse et hospitalière », explique Mamady Fatta Kourouma, Chef du bureau du HCR à Maroua.

Pour s'en rendre compte, il suffit de se rendre à quelques encablures du site de Minawao, où se situe la maison de Sa Majesté Ousmane Oumar, Chef du canton de Gawar qui accueille les réfugiés nigérians. En s’approchant de la demeure, l’équipe du programme de reboisement peut déjà entendre le son du tambour traditionnel, qui répond aux « you-yous » d’une femme d’âge mûr. Debout, entre deux gardes armés de sabres et vêtus de longues tuniques colorées, se tient Sa Majesté, venu accueillir les visiteurs.

Derrière sa maison, une autre pépinière est en train de voir le jour, que le patriarche aux traits fins et à la barbe blanche contemple avec satisfaction : « Avant que le camp de Minawao ne soit créé, j’ai été consulté. J’ai dit : si ces gens veulent venir vivre en paix avec les populations, pourquoi les refuser ? Depuis qu’ils se sont installés, nous vivons bien avec eux même si, avec leur arrivée, l’environnement a été détruit. Mais avec le reboisement, beaucoup de choses vont changer », souligne en langue Foulfoulbé le vieil homme, qui se félicite que l’arrivée des réfugiés a coïncidé avec la construction d’une école.
La fin d’après-midi venue, au moment où les volontaires –réfugiés et habitants des environs- quittent les pépinières, quelques gouttes commencent à tomber. Ce sont les dernières de la saison. Bientôt le climat va se durcir sur le canton de Gawar, ce qui n’empêchera pas, espère-t-on, la forêt de revenir, grâce notamment à une nouvelle technologie de cocon biologique implantée par Land Life, et qui permettra aux jeunes pousses de grandir malgré les conditions hostiles.

West Africa: Ensuring effective alternatives to dangerous journeys

West Africa is on track to eradicate statelessness by 2024