In Cameroon, citizens are the first humanitarian responders

As Cameroon hosts over 350,000 refugees, many citizens are helping refugees. In giving what little they had, they became the country’s first humanitarian responders.

As she recounts her life over the past few years, it is hard to imagine a more tragic destiny than Laura’s. Laura is a 48 year old widow from Cameroon of Central African origin. She lives in a working class neighborhood of Yaounde, the Cameroonian capital. Her life is a difficult one, punctuated by tragedies and bereavements that she evokes calmly and with a heartwarming geniality, lacking any sign of pretension.

In 2005, the void left by her husband’s death was filled by the arrival of a mother and her two daughters, who were all refugees from the Central African Republic (CAR), fleeing the violence in their home country. A widow herself, the mother had lost her husband who was a soldier, to the fighting. At this point in time, she was unaware that she lived with HIV, and she died two years later. Laura adopted both children, who were also HIV positive.

“If only we had known about their sickness earlier, we might have been able to save the youngest one” says Laura.

By the 6th of June 2016, Rose*, the youngest, is at her worst. Laura takes her to the neighboring health center: “The doctor understood right away. He asked me to take her back with me. She died at 4 in the morning in my arms, right here”, she says faintly, pointing to her bedroom. In her small living room, photographs of Rose are pined to the wall. Time and moisture have turned them yellow but left the girl’s smile intact, after she passed away at 14. Thanks to her neighbors and the parish priest, Laura was able to buy a coffin. But because there wasn’t enough money to offer her a proper burial, she was laid to rest outside the city, “where it’s free”.

Soon to turn 18, the oldest continues to receive treatment. “No one at the time was aware of her ailment”, mentions her adoptive mother. A strong and energetic girl, she attends class in a private establishment nearby, the costs of which are only just covered by Laura. “But it’s worth it”, she says: “she likes to read and write and wants to become a journalist”. For Laura, it’s simply a matter of giving her adoptive daughter a future.

 

 “We had to help the Central African refugees, so I did”

Like Laura, many Cameroonians committed to helping refugees without asking for help or expecting anything in return. In giving what little they had, they became the country’s first humanitarian responders.

“In Church, we were told that we had to help Central African refugees, so I did”, explains Martin, keeping his eyes on the road as he drives his yellow taxi through Yaoundé’s agitated streets and traffic jams. Martin knows the city like the back of his hand after driving through it for more than 20 years, being paid meagre wages: “it isn’t much and life isn’t always easy but it allows me to feed my family”.

In 2014, at the request of his Church, Martin did not hesitate to take in Céline, a 13 year old girl orphaned by the conflict in the CAR.

Two years later, with help from UNHCR, the UN Refugee Agency, Céline was resettled to Canada, where she now lives and studies.

« We get to speak over the phone from time to time. Ideally, if I had a smartphone, we could exchange pictures. Sometimes, friends from the CAR send a picture of her, which is better than nothing”, he says smiling, before his soft voice is drowned out by the sound of traffic.

 

“When a stranger comes to your house and says Salaam, you do not shut the door”  

One evening in 2014, in Douala, the country’s economic capital, a woman knocks on the door of a successful Cameroonian business owner named El Hadj Ahmadou Dandjouma. Ahmadou does not know her but finds out she is a distant cousin of his wife. She is accompanied by a hundred women and children, all Central African refugees, recently arrived from airport, which is not far away. He opens his door to them and hosts them for two whole years. They live in his court yard, his living room, his garden and in his kitchen. Ahmadou kills the few of the beasts he owns to feed the group. His sons help out: “All had enough to eat, three times a day for two years! It cost me a fortune but this is how a family grows in size”, he says laughing.

As the years went by, things became more organized: small houses were built on his land to host the entire group, wells were dug and toilets installed. On occasion, friends and neighbors bring bags of rice or small amounts of money, all divided equally. Doctors come and go regularly and Ahmadou covers the costs, without expecting anything in return.

In this impromptu village, relationships are formed: “sometimes, a young girl will come to me with a young man and present me as her father”, Ahmadou says light heartedly, walking amidst the small houses. A small number of people still live with him at home, mainly elderly individuals or single mothers. In Douala, 11,000 Central African refugees live in the city.

“We only got wind of what Ahmadou was doing recently”, says Henri-Daniel Ewane, a UNHCR protection officer in Douala. He explains: “In Douala, we assist more than 11,000 persons of 15 different nationalities, a great number of which are from the CAR, with the help of many partners and the Cameroonian Government. However, the needs are great and initiatives such as El Hadj Dandjouma’s are essential. Many Cameroonians are engaged in a similar manner to the extent possible, and very discretely.

The man’s actions have been put to light on social media and have received a lot of positive feedback from web users: “when people heard of my story, I received numerous calls”, recounts Ahmadou joyfully. “It is encouraging and I hope this will inspire many people to help refugees”.

Currently, Cameroon hosts over 350,000 refugees, mainly Central Africans and Nigerians. Since the beginning of the year, 5,547 refugees have been registered by UNHCR and Cameroonian authorities, in the country’s Far North region alone, where they have received international protection.

 

* Names have been changed for protection.

Le texte en français:

Au Cameroun, les citoyens sont les premiers acteurs humanitaires

Au Cameroun, qui accueille plus de 350 000 réfugiés, de nombreux citoyens se sont engagés personnellement en faveur des réfugiés et offrent le peu qu’ils ont. Simples citoyens, ils sont devenus les premiers acteurs humanitaires du pays

A l’écouter dérouler le fil de ces dernières années, on peine à imaginer destin plus tragique. Laura*, veuve de 48 ans, Camerounaise d’origine centrafricaine, vit dans un quartier populaire de Yaoundé, la capitale du Cameroun. Une vie difficile, émaillée de drames et de deuils qu’elle évoque d’une voix claire, mais aussi pleine de générosité, dont elle semble ne pas s’enorgueillir.

En 2005, le vide laissé par le décès brutal de son époux est comblé par l’arrivée d’une mère et ses deux filles, réfugiées centrafricaines fuyant les violences de ce pays voisin. La jeune mère, dont le mari militaire est mort dans les combats, ignore alors qu’elle vit avec le VIH, qui l’emporte deux ans plus tard. Laura adopte alors les deux enfants,  elles aussi séropositives.

« Si seulement nous avions su leur maladie plus tôt, on aurait peut-être pu sauver la plus jeune » estime Laura.

Le 6 juin 2016, Rose*, la cadette, est au plus mal. Laura l’emmène alors dans un centre de santé voisin : « Le médecin a tout de suite compris. l m’a demandé de la reprendre avec moi. Elle est morte à 4 heures du matin dans mes bras, juste ici », souffle t’elle en désignant sa chambre à coucher. Dans le petit séjour, plusieurs photos de Rose sont accrochées au mur. Le temps et l’humidité ont fait jaunir les images mais n’ont pas altéré le sourire de la jeune fille qui s’est éteinte à 14 ans. Faute de moyens, Laura s’en est remise à la générosité des voisins et du curé de la paroisse qui se sont cotisés pour lui offrir un cercueil. Comme il n’y avait pas assez pour lui offrir une sépulture ici, elle a été enterrée hors de la ville, « là où c’est gratuit ».

Bientôt âgée de 18 ans, l’ainée suit son traitement. « Personne n’est au courant de son statut » souligne sa mère adoptive. Forte et énergique, elle suit des cours dans un établissement privé, non loin de là, dont les frais de scolarité sont difficilement couverts par Laura. « Mais cela vaut le coût » dit Laura : « elle aime lire, écrire et veut devenir journaliste ». Pour Laura, il s’agit d’offrir un avenir à sa fille adoptive, tout simplement.

 

« Il fallait venir en aide aux réfugiés centrafricains, alors je l’ai fait »

Comme Laura, de nombreux Camerounais se sont engagés personnellement en faveur des réfugiés. Sans demander d’aide ou demander quelque chose en retour, ils offrent le peu qu’ils ont. Simples citoyens, ils sont devenus les premiers acteurs humanitaires du pays.

« A l’église, on nous a expliqué qu’il fallait venir en aide aux réfugiés centrafricains.Alors je l’ai fait », explique simplement Martin, sans quitter des yeux la route. Accroché au volant de son vieux taxi jaune, dans l’agitation bruyante de Yaoundé, le père de famille se faufile dans les bouchons. La ville, il la connaît par cœur :cela fait plus de 20 ans qu’il la sillonne pour un maigre salaire : « c’est peu, la vie n’est pas toujours facile mais cela me permet de nourrir ma famille ».

En 2014, Martin n’a pas hésité une seconde lorsque son église lui a demandé de prendre en charge Céline, une jeune orpheline alors âgée de13 ans, naufragée du conflit centrafricain.

Deux ans plus tard, avec le soutien du HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, Céline a été réinstallée au Canada où elle vit et étudie désormais.

« On arrive à s’appeler de temps en temps. Ce qu’il faudrait, c’est un petit smartphone sur lequel on pourrait échanger des photos. Mais parfois des amis centrafricains m’envoient une photo d’elle, c’est déjà ça », glisse-t-il dans un sourire, avant que les klaxons des automobilistes ne recouvrent sa voix timide.

 

« Quand un étranger se présente chez toi et te dis +Salaam+, tu ne fermes pas la porte ».

A Douala, la principale ville économique du pays, une femme frappe à la porte d’El-Hadj Ahmadou Dandjouma, un prospère chef d’entreprise camerounais. Une nuit de 2014, une lointaine cousine de sa femme qu’il ne connait pas se présente. Elle est accompagnée d’une centaine de femmes et d’enfants -tous réfugiés de Centrafrique et à peine sortis de l’aéroport situé non loin de là.

Il ouvre la porte et les accueille pendant plus de deux ans. Dans sa cour, dans son salon, son jardin, sa cuisine. Il s'organise, tue les quelques bêtes qu'il possède pour nourrir tout le monde. Il met à contribution ses fils: "Is ont mangé à leur faim, trois fois par jour pendant deux ans ! ça m'a coûté les yeux de la tête, mais c'est comme ça que la famille s'agrandit", dit-il dans un éclat de rire.

Au fil des années, les choses se sont organisées : des petites maisons ont été construites sur son terrain pour héberger tout le monde, des puits ont été creusés, des toilettes installées. Parfois, des amis et voisins apportent de lourds sacs de riz ou un peu d’argent qui sont partagés équitablement. Des médecins vont et viennent régulièrement, et Ahmadou paie, sans rien demander.

Dans ce petit village improvisé, des unions de nouent : « parfois, une jeune fille se présente avec un garçon, et elle me présente en disant +Voici mon père+ », s’amuse Hamadou, en marchant entre les petites maisons. Une petite trentaine de personnes vit encore chez lui, principalement des personnes âgées ou des mères isolées. A Douala, 11 000 réfugiés centrafricains vivent dans la ville .

« Jusque récemment, nous ignorions tout de son action», s’étonne Henri-Daniel Ewane, chargé de protection du HCR à Douala, qui explique : « A Douala, nous assistons plus de 11 000 personnes de 15 nationalités différentes, dont une grande majorité de Centrafricains et avec l’aide de nombreux partenaires et du gouvernement Camerounais. Mais les besoins sont immenses et les initiatives telles que celle d’El Hadj Dandjouma sont essentielles. D’ailleurs, dans de plus petites proportions, nombreux sont les Camerounais à s’engager de la sorte, de façon très discrète ».

Son portrait, relayé sur les réseaux sociaux, a provoqué des centaines de réactions positives de la part des internautes : « Lorsque les gens ont vu passer ma petite histoire sur internet, j’ai reçu de nombreux appels », se réjouit Ahmadou. « C’est encourageant et j’espère que cela va inspirer de nombreuses personnes à s’engagent en faveur des réfugiés »,espère-t-il.

Actuellement, le Cameroun accueille 354 000 réfugiés, principalement centrafricains et nigérians. Depuis le début de l’année 2018, rien qu’à l’Extrême Nord du pays, 5 547 réfugiés ont été enregistrés par le HCR et les autorités, qui leur ont offert la protection internationale.

 

* Les prénoms ont été changé pour des raisons de protection

In eastern Cameroon, refugees integrate society through its economy